Bénin

CRIET : des faux ravisseurs et leur présumée victime en attente d’être jugés

L’investigateur 23/04/2021 à 11:33

Des pseudo-ravisseurs et le cerveau de la mise en scène d’un faux enlèvement ont été interpellés par la police républicaine et seront incessamment présentés au procureur près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

C’est en effet sur l’axe Cotonou-Porto-Novo que le coup a été monté où le jeune au cœur de l’affaire dite "faux enlèvement", a voulu soutirer de l’argent à l’un de ses parents, vivant à l’étranger. A en croire les informations relayées sur les réseaux sociaux par un parent du jeune homme, la victime a été enlevée dans la soirée du mardi 13 Avril 2021 pendant qu’il se rendait à Porto-Novo.

Lire aussi : Violences préélectorales : Yayi a-t-il encouragé les manifestants des Collines ?

Il a pris un taxi au carrefour Tundé Motors pour Porto-Novo mais en route, il aurait été contraint sous la menace d’une arme à feu, de ne point mouvoir parce que le trajet aurait connu de changement. Il aurait été conduit dans une grande pièce où il y a avait d’autres personnes enlebées.

Le jeudi qui a suivi son enlèvement, les ravisseurs auraient réclamé 06 millions à ses parents dont une partie envoyée par Mobile money aux ravisseurs qui devraient descendre sur Cotonou pour le solde.

Lire aussi : Talon-Talata : Célestin Adango félicite le duo après le K.O du dimanche 11 avril

Au jour convenu, les ravisseurs ont indiqué au père que le lieu a changé et qu’il devrait se rendre à la plage pour déposer l’argent auprès d’un poteau. Selon le récit du cousin de la victime, le jeune homme a finalement recouvré sa liberté après le payement de la rançon de six millions de francs.

Mais selon toute vraisemblance, il s’agit d’un montage puisqu’après les enquêtes de la police républicaine, le présumé jeune homme kidnappé, ses ravisseurs, et le présumé cousin qui a relaté les faits, ont été tous arrêtés. Car, l’enlèvement a été planifié par la victime et ses complices, dans le seul but de soutirer de l’argent à l’un de leurs parents, riche, et résidant à l’étranger.

Le faux kidnappé et tous ses compagnons d’infortune sont devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIIET) pour répondre de leurs actes.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook