Afrique

Cameroun : le barreau suspend le port de toge pour protestation contre la police

L’investigateur 23/11/2020 à 09:57

Une salle affaire fait grand bruit au pays de Paul Biya. Les avocats sont sur les dents contre la police et la gendarmerie. Ils suspendent le port de leur robe jusqu’à nouvel ordre.

Il y a eu une altercation entre forces de l’ordre et des avocats au Tribunal de première instance de Douala Bonanjo. La scène s’est déroulée le 10 novembre 2020 à Douala, la métropole économique du Cameroun. Selon plusieurs médias locaux, des agents de la police nationale ont usé du gaz lacrymogènes et de matraques pour évacuer des avocats qui s’opposaient à la décision d’un juge d’une salle d’audience. Le juge aurait ordonné la mise en taule de deux avocats supposés corrompus. Ce que leurs collègues n’ont pas accepté. D’où la naissance de l’altération entre le parquet et les défenseurs de l’orphelin et de la veuve.

Avocats corrompus ?

Lire aussi : Accident  : 04 morts, des blessés graves après la collision entre deux voitures à Allada

Selon de nombreux medias locaux, ces avocats auraient exigé la somme de trois millions FCFA à leur client qui mérite une lourde peine dans le but de soudoyer le juge en charge du dossier afin d’alléger la peine. Contre toute attente, le verdict qui tombe ne leur est pas favorable. Leur client est condamné à 18 mois de prison et à payer les dommages et intérêts de 65 millions FCFA.

Dans la salle d’audience, les parents du prévenu réclament leur sous, trois millions, au juge. Surpris par un tel outrage, la juge ordonne le placement en détention des deux avocats. C’est alors que des avocats présents dans la salle d’audience se sont opposés à leur détention à la prison de New-Bell. C’est lors de ces échanges houleux entre avocats et magistrats qu’une escouade de policiers et gendarmes est rapidement appelée en renfort pour ramener de l’ordre dans la salle d’audience.

Officiellement l’ordre des avocats annonce le mouvement de suspension de port de la robe, pour dénoncer les violences policières et les entraves à l’exercice de la profession d’avocat au Cameroun.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook