Actualité

Cameroun : une sextape filmée dans le bureau d’un célèbre journaliste et diffusée suscite des réactions

L’investigateur 11/07/2021 à 12:59

En pleins ébats sexuels dans le bureau d’un célèbre journaliste, des photos et vidéos d’une jeune femme de 24 ans, diffusées sans son consentement Sur les réseaux sociaux, suscitent des commentaires.

Il s’agit d’une sextape qui a provoqué l’indignation totale au Cameroun. Pour les avocats de la défense qui ont déposé une plainte, les deux hommes impliqués dans cette affaire doivent être entendus par le juge. Mais pour le moment, le parquet est resté muet après la plainte et d’ailleurs, Me Guy Olivier Moteng, a déclaré à l’AFP, le dépôt d’une nouvelle plainte dans les prochains jours, mais il n’a pas précisé les motifs.

Lire aussi : Criet : les avocats de Madougou demandent sa remise en liberté provisoire

Le journaliste qui n’est personne d’autre que Martin Mimb directeur de Radio Sport Info, basée à Douala, dans le sud du pays a expliqué que deux visiteurs, la jeune Malicka et Wilfrid Eteki, chef traditionnel et son ami, avaient profité de son absence pour entretenir des rapports sexuels dans son bureau, promettant d’engager des poursuites.
Mais il sera rattrapé lui-même pour avoir été cité comme participant aux ébats sexuels.

Lire aussi : Tournoi League Des Pros de Cotonou : Moele-Bénin FC entre en compétition demain

M. Mimb a regretté « cette situation malheureuse ». « Malicka, toi dont la dignité et l’honneur ont été bafoués, je te demande pardon », a imploré dans une lettre le journaliste, sans parvenir à mettre fin à la polémique.

Lire aussi : Talon : Nathalie Yamb réagit à son engagement pris ce samedi

Après la diffusion de la sextape, une mobilisation est apparue sur les réseaux sociaux, pour dénoncer et sensibiliser sur les violences sexuelles et sexistes. Minou Chrys-Tayl, une des figures de cette mobilisation et militante féministe, a appelé les victimes à libérer leur parole, et des témoignages de femmes ont commencé à affluer, rapporte-t-elle.
Malgré les actions engagées par des Associations pour mettre fin aux violences sexuelles, le phénomène a toujours la peau dure au Cameroun, rapporte la presse locale.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook