Afrique

Côte d’Ivoire : l’opposante à Ouattara, Danièle Boni-Claverie jette l’éponge

L’investigateur 1er/09/2020 à 20:43

A la faveur d’une conférence de presse, la présidente de l’Union républicaine pour la démocratie (URD, opposition), Danièle Boni-Claverie, a annoncé lundi le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020 à Abidjan. Un souci de moins pour le président sortant, Alassane Ouattara.

Moult raisons ont été évoquées par l’opposante Danièle Boni-Claverie qui dit ne plus vouloir prendre part à l’élection du 31 octobre prochain en Côte d’Ivoire. Le parrainage citoyen, une condition d’éligibilité, fut « laborieux (à obtenir), je ne le cache pas, et dispendieux », mais « nous ne sommes pas contre le principe du parrainage, au contraire le mode opératoire mis en place qui est trop complexe », a souligné Mme Boni-Claverie.

Lire aussi : Ouinhi  : 07 agents du centre de santé dont le médecin coordonnateur dans de beaux draps

Dans cette logique, elle a « décidé donc avec l’accord de son parti de retirer sa candidature à l’élection présidentielle », a-t-elle soutenu. Pour elle, « l’URD a toujours affirmé sa volonté de participer aux élections mais pas à n’importe quelles conditions ».
« Nous ne voulons plus que des Ivoiriens meurent pour un scrutin », renchérit-elle et pour cela, le parti qu’elle préside « se refuse à envoyer ses compatriotes à l’abattoir sans une réconciliation effective qui implique la libération de tous les détenus d’opinion dont cinq députés ».

Lire aussi : Parakou  : le gardien d’une structure de microfinance égorgé au quartier Gah

Par ailleurs, son parti accuse la Commission électorale indépendante (CEI), qui selon ses argumentaires, ne présente aucune crédibilité. Bien qu’elle ait pu « mobiliser le nombre de signatures exigées pour les 17 régions ».
Son parti, URD tient à marquer sa défiance à l’égard du Conseil Constitutionnel dominé par des proches de M. Alassane Ouattara ; et à en croire cette opposante, dès le 31 octobre 2020, le président sortant Alassane Ouattara n’aura ni légitimité ni légalité et une transition concertée doit s’imposer en Côte d’Ivoire, rapporte la presse locale.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook