Afrique

Côte d’Ivoire : la mission d’observation de la Cedeao se prononce sur l’élection du 31 octobre

L’investigateur 3/11/2020 à 12:34

« Le vote a généralement débuté entre 8h et 9h dans la plupart des bureaux visités par les observateurs de la CEDEAO qui ont noté la disponibilité du matériel électoral, la présence des forces de sécurité…le scrutin s’est diversement bien déroulé sur toute l’étendue du territoire », a fait observer le chef de la Mission d’observation, Cheikh Hadjibou Soumaré, en présence de nombreux diplomates.

Pour cette mission d’observation électorale de la CEDEAO, le vote du samedi 31 octobre 2020 s’est « diversement bien déroulé ».
A la faveur d’une déclaration faite ce lundi 03 novembre 2020, la Mission d’observation est revenue sur le contexte du scrutin présidentiel « marqué essentiellement par la persistance de profondes divergences de vue entre l’opposition et la majorité présidentielle »’.

« Le contexte était également marqué par une atmosphère tendue avec la rupture du dialogue due à plusieurs facteurs (….) », a regretté le chef de la Mission d’observation.

M. Soumaré a rappelé que la Commission de la CEDEAO à travers son mécanisme d’alerte précoce et de réponses rapides « a suivi de près le développement de la situation politique en Côte d’Ivoire par l’entremise de sa Représentante-résidente ».

Lire aussi : Criet  : un homme condamné à 10 ans de prison ferme pour détention et cession de stupéfiants

« La campagne électorale s’est déroulée dans un climat tendu avec des actes de défiance et de déviance incluant le barrage de certaines artères accédant à l’intérieur du pays », selon Cheikh Hadjibou Soumaré.
Il n’a pas occulté la ‘’montée de l’insécurité’’ dans la période pré-électorale qui ‘’a créé une psychose au sein de la population avec parfois des destructions de la logistique électorale’’.

’’Le vote n’a pas pu avoir lieu dans tous les districts. Ainsi, plusieurs équipes d’observateurs de la CEDEAO n’ont pas pu accéder à certains districts notamment les districts de Montagne, Sassandra-Marahoué, Bandama, Worobé et Zanzan en raison des barrages anachroniques’’, a-t-il regretté, puis souligné que les observateurs déployés à Grand-Bassam ‘’ont fait l’objet d’une tentative de kidnapping’’.

Il a reconnu que ‘’plusieurs incidents ont émaillé le scrutin tels que les barrages (….), des destructions et incendies de matériels électoraux, des manifestations violentes ayant fait des victimes et des absences ou interruptions du vote à certains et

Les observateurs estiment que l’absence de dialogue ‘’pourrait affecter la cohésion sociale dont le peuple ivoirien a besoin (….)’’ et déplorent ‘’une participation relative des femmes au scrutin’’.

Lire aussi : Côte d’Ivoire  : Henri Konan Bédié désigné président de transition par l’opposition à Ouattara

Pour la suite, la mission recommande aux institutions impliquées dans le processus électoral de « prendre note des défis associés au scrutin et les invite à prendre les mesures appropriées pour répondre à toutes les préoccupations en vue d’assurer une continuité de l’Etat dans la sérénité et le dialogue », rapporte Yeclo.

Selon Cheikh Hadjibou Soumaré, ‘’la mission d’observation, par le biais des observateurs de long terme et de la Représentante-résidente de la CEDEAO continuera de suivre les développements post-électoraux’’.

Voici le communiqué de la mission d’observation



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook