Afrique

Côte d’ivoire : le piège de l’opposition ivoirienne se referme sur Ouattara

L’investigateur 1er/10/2020 à 10:14

Le plan de l’opposition ivoirienne est en marche. C’est ce qu’il justifie le retrait de l’AFDCI et LMP de la CEI, à un mois de la présidentielle.

Le piège que l’opposition a tendu à Ouattara et son régime qui jurent que l’élection du 31 octobre prochain aura lieu, est en train de se refermer sur le chef de l’Exécutif. Pour s’en convaincre, l’AFDCI et LMP, deux coalitions ont retiré tous leurs représentants des 558 commissions électorales locales (CEL) de la CEI. Leurs deux représentants, Alain Dogou et Daudet Yapo Yapo, ont suspendu leur participation à la commission centrale, rapporte Yeclo.

Lire aussi : Passagon  : un conducteur perd son volant et se retrouve dans la cour d’une école

Autre chose, le boycott total du PDCI-RDA a mis en difficulté la CEI, devenue monocolore pour ne pas dire paralysée dans son fonctionnement. Il n’est pas exclu que la société civile elle aussi quitte parce que ses membres sont annoncés sur le départ.
Plus grave, la communauté internationale qui prône une « présidentielle inclusive, transparente, équitable et pacifique » est sur pied de guerre.

Les financements du PNUD et de l’UE notamment au budget électoral sont menacés de gel et pis, les sanctions ciblées (gel des avoirs, interdiction de voyage, etc) contre les obstacles au processus démocratique sont sous le coude. Ce qui sous-entend que la communauté internationale se donne les moyens de faire entendre raison, à Ouattara.
En un mot, le président sortant est dos au mur.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook