Actualité

Cotonou : prison ferme pour les agresseurs de ces 03 filles transgenres

L’investigateur 30/06/2021 à 13:39

Un groupe d’hommes a eu maille à partir avec des personne transgenres dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2021. Après une plainte déposée par leur Association LGBT, au tribunal de première instance de première classe de Cotonou, les agresseurs ont été condamnés à 12 mois de prison dont 6 avec sursis.

« Dans l’affaire d’humiliation et de violence des trois filles transgenres au Bénin, le Tribunal de Première Instance de Cotonou a rendu aujourd’hui une décision salutaire. 12 mois de prison, dont 6 ferme et 6 avec sursis suivi de dommages et intérêts ». Tel est le verdict prononcé par le tribunal de Cotonou, publié sur facebook par Hirondelle Club Bénin LGBT. Pour ainsi dire que le juge a condamné dans l’après-midi du mardi 29 juin les agresseurs des trois travestis qui ont été mis à poils, lynchés et filmés dans un bar.

Lire aussi : Afrique du Sud : l’ancien président Zuma condamné à 15 mois de prison pour outrage à la justice

C’était à partir d’une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et montrant trois femmes transgenres forcées à se déshabiller et frappées, dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2021. De peu, ils ont raté le pire parce que considérés comme des hommes déguisés en femmes.

Lire aussi : Bénin : Angélique Kidjo pleure le décès de sa mère et exprime les douleurs ressenties

Comme argument, ils accusés de prendre de l’argent aux hommes en se faisant passer pour des femmes.

En tout cas, le traitement dont ils ont fait l’objet n’a pas plu à cette Association LGBT qui a exprimé dans le temps, son envie de porter plainte contre les auteurs.

Lire aussi : ANaTT : 05 griefs du Syntra-TTP contre le Directeur intérimaire

Dans un communiqué, l’association affirme assurer leur sécurité : « Ils sont dans nos mains jusqu’en ce jour et en sécurité pendant le temps de la mise en place d’une bonne disposition de leur protection. Ils ont également bénéficié des premiers soins : psychologique, sanitaire, alimentaire et d’hébergement », avait-on lu, dans le communiqué de l’association. Pour ladite Association, justice doit être rendue à ces trois transgenres, membres de la communauté LGBTQIA+ (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) du Bénin.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook