Bénin

Criet : 02 décisions du juge attendues par le PDG de Sonimex et ses co-accusés ce jeudi

L’investigateur 5/08/2021 à 08:00

Après leur dernier passage devant le juge d’instruction, les personnes interpellées dans l’affaire de découverte de drogue au Port Autonome de Cotonou dite « affaire Sonimex » comparaissent encore ce matin.

Poursuivis pour "trafic international de drogue" et « complicité de trafic international de drogue », Séraphin Yéto patron de la société Sonimex et ses co-accusés étaient devant le juge le jeudi 15 juillet dernier, mais leur procès n’a pas été bouclé.

Lire aussi : Cour des comptes : le bilan financier de campagne du duo Kohoué-Agossa indisponible

A la demande du ministère public représenté par Armand Hounguè, proposant à la Cour de se déclaré incompétente pour connaître du dossier, ceci pour que l’affaire retourne devant une commission d’instruction, ce dernier n’a pas tranché. Donc ce jeudi il pourrait le faire.

Lire aussi : 1er août 2021 : revivez la nuit des médecins avec Ajanta Pharma et Pro-Médicale (Vidéo)

La seconde décision est relative à la remise en liberté provisoire demandée par la défense en faveur de ses clients. Le juge doit aussi se prononcer dessus sans oublier le chef d’accusation « association de malfaiteurs » que le ministère public a souhaité que la Cour ajoute aux autres charges qui pèsent d’ores et déjà sur les mis en cause.

Lire aussi : Décès d’un garçon dans une piscine à Abomey-calavi : le maître-nageur gardé à vue

Rappelons qu’en dehors du PDG de la société Sonimex, Séraphin Yéto, il y a dix autres personnes placées en détention provisoire. Le patron de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Drogues et des Précurseurs (Ocertid), Constant Badé ; l’adjoint au patron de l’unité mixte de la police républicaine qui a pour mission, le contrôle des conteneurs au Port Autonome de Cotonou, Quenum Mammer. Quatre (04) individus d’une société française de la place dont le Directeur d’exploitation, des cadres d’un Groupe Italo-suisse opérant au Port de Cotonou ; sans oublier deux (02) transitaires, deux (02) enleveurs d’une société de consignation. Au total une douzaine de personnes.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook