Bénin

Criet : comment Madougou espère sortir de prison et se refuse de faire appel de sa condamnation

L’investigateur 27/12/2021 à 12:49

Condamnée le vendredi 10 décembre 2021, à 20 ans de réclusion criminelle et à une amende de 50 millions FCFA, l’ancienne ministre de la justice, Réckya Madougou n’a pas interjeté appel de sa condamnation. Mais elle espère sortir de prison.

Les proches de l’ancienne ministre Réckya Madougou attendaient qu’elle interjette appel de sa condamnation à 20 ans de réclusion criminelle et à une amende de 50 millions FCFA. Mais au terme des deux semaines que la loi lui offre pour le faire, elle s’est refusée d’aller sur ce terrain qu’elle a jugé glissant.

Selon l’un de ses avocats, Maître Renaud Agbodjo sur RFI ce matin, sa cliente s’est dit que ce serait « donner de faux espoir à sa famille que d’interjeter appel ».

Dans son argumentaire, l’avocat béninois a évoqué « la vacuité » de l’affaire qui pourtant a abouti à la condamnation à une réclusion criminelle de l’opposante.

| Lire aussi : Bénin : Moïse Kérékou a une pensée pour les enfants de Madougou et Aïvo pour la fête de Noël

| Lire aussi : Batamoussi : l’ex-juge de la Criet fait une dénonciation qui pourrait fâcher le ministre Quenum

En outre, sa cliente doute de « la sincérité » de la Criet et partant, de l’inopportunité d’interjeter appel. Dans le dossier selon le camp de Réckya Madougou, « l’indépendance de la Criet » est évoquée à tout instant. Surtout au terme des débats le jour du jugement, et qui ont abouti à la condamnation de l’ancienne Conseillère spéciale du président togolais Faure Gnassingbé, à une lourde peine d’emprisonnement.

Au-delà de tout en effet, la candidate recalée à l’élection présidentielle d’avril dernier et son camp se sont dit que la condamnation est « politique » et donc, qu’il faudra « des démarches politiques » pour la sortir du trou.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer