Actualité

Criet : le dossier SecuriPort renvoyé au 8 novembre. Lire les détails sur l'audience du lundi

L’investigateur 27/10/2021 à 06:12

La Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet) a renvoyé au lundi 08 novembre 2021 le dossier des trois responsables de SecuriPort poursuivis pour « corruption active, trafic d’influence et violation de l’article la Loi N°2009-009 du 22 mai 2009 portant protection des données à caractère personnel en République du Bénin », a rapporté Nord Sud Quotidien.

 

Aussitôt après son ouverture, lundi 25 octobre 2021, l’audience de trois responsables Securiport, société de droit américain en charge du contrôle des passagers à l’aéroport de Cotonou, a été renvoyée au lundi 08 novembre 2021. Ainsi en a décidé le juge en charge du dossier à la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet).
Les trois prévenus, absents au procès, s’étaient fait représenter par leur avocat Me Robert Dossou.
Les trois responsables de SecuriPort, l’Américain Enrique Segura, l’Argentin Gaston Tarquini et le Béninois Abdou Raman Soumanou sont poursuivis pour « corruption active, trafic d’influence et violation de l’article la Loi N°2009-009 du 22 mai 2009 portant protection des données à caractère personnel en République du Bénin ».
La commission d’instruction de la Criet avait émis un mandat d’arrêt international contre les trois responsables. Les faits remontent en 2019.

| Lire aussi : Olomidé : 08 ans de prison requis contre l’artiste congolais pour agressions sexuelles

| Lire aussi : Vaccination anti-covid : voici le calendrier de passage des agents dans les ministères

| Lire aussi : Dassa : la police interpelle 02 dames à la faveur de l’opération ‘’Coup de Poing’’

En septembre 2019, les trois responsables de la société avaient été convoqués par la Brigade Economique et Financière (Bef). Mais ils n’avaient pas répondu à la convocation.
La société intervient à l’aéroport international de Cotonou en vertu d’un contrat signé en 2015 sous le chef de l’Etat Boni Yayi.
Le contrat a été résilié en 2016 et les activités confiées à Morpho Dys à l’arrivée du président Patrice Talon.
SecuriPort a poursuivi l’Etat béninois devant la justice française. La chambre de commerce international de Paris a condamné en 2019 le Bénin à verser 55 milliards FCFA à la société SecuriPort.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook