Bénin

Criet : un opposant évoque l’affaire Batamoussi pour discréditer la juridiction spéciale

L’investigateur 15/04/2021 à 14:15

Lors d’une interview avec Le Point Afrique, le Professeur Joël AIVO n’est pas allé par 4 chemins pour décrire l’image que reflète la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), tant au plan national qu’international

.

En s’appesantissant sur les déballages du juge Essowé Batamoussi de la Criet, et la suite du dossier qui n’est plus à conter, l’Expert en droit constitutionnel, et désormais acteur politique, Frédéric Joël Aïvo a été sans complexe. Son opinion sur cette institution juridique est celle des citoyens béninois soucieux de l’équilibre des droits humains dans leur pays.
« Sur la Criet, l’opinion des Béninois est faite. Cet organisme n’a des défenseurs que parmi les amis du pouvoir. Sinon, nous tous savons que la Criet ne fait pas de procès équitable. Les récents événements donnent le sentiment d’une justice expéditive faite pour s’abattre, en particulier sur les citoyens en opposition avec le président Talon. Le Bénin ne doit pas avoir dans son sein un organe en qui personne n’a confiance et qui a été désavoué par la justice régionale, la Cour africaine des droits de l’homme », a-t-il dénoncé. Ce qui signifie au fait que l’institution mal aimée des instances juridiques continentales et internationales ne poursuit que des opposants au régime en place.
Pour l’homme de droit, ancien Doyen de la Faseg, cette institution, au-delà du fait qu’elle est moins adoubée des populations, est plus politique qu’économique. Selon lui, le gouvernement, comme tous les citoyens, le sais : « Je sais que le pouvoir sait aussi que la Criet ne bénéficie de la considération de personne et l’usage que le gouvernement en a fait jusque-là montre qu’elle est plus politique qu’économique ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook