2ème session extraordinaire du parlement de la Cedeao

David Gbahoungba et ses pairs appellent le Nigéria à rouvrir ses frontières

L’investigateur 17/09/2019 à 13:55

C’est à la faveur du vote du budget du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) que 115 députes communautaires se sont réunis à Monrovia au Libéria le lundi 16 Septembre 2019. A l’ouverture de la deuxième session extraordinaire de cette instance, l’honorable David Gbahoungba, en sa qualité de Président de la Commission commerce douanes et libre circulation des personnes et des biens ; et ses pairs, ont appelé le Nigéria à mettre un terme à la mesure de fermeture de ses frontières et trouver avec ces derniers un terrain d’entente pour la gestion de la question sécuritaire, avancée comme alibi de cette fermeture.

Fermées au Bénin depuis bientôt un mois et au Niger depuis quelques jours, les frontières nigérianes étaient aussi à l’ordre du jour au rendez-vous Ouest-africain de Monrivia. Il faut dire que c’est à l’ouverture de la deuxième session extraordinaire du parlement de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui s’est tenue au Libéria lundi dernier, qu’au nom de ses pairs, Moustapha Cisse Lo, le président dudit Parlement a appelé le Nigéria à rouvrir ses frontières. Pour les parlementaires, et par la voix de Moustapha Cisse Lo, la fermeture des frontières nigérianes est une violation des accords commerciaux entre les Etats de la Cedeao en ce sens que cela empêche le libre-échange entre les pays membres de la communauté. Cette fermeture constitue en effet une entrave pour la mise en œuvre du protocole sur la libre circulation des personnes et des biens. A en croire le président du parlement de la Cedeao, « le contexte actuel exigerait de l’Afrique d’œuvrer pour une suppression effective des barrières au sein de la Communauté. Par la même occasion, il demande au Président du Nigéria de trouver avec les pays frères un accord pour régler le problème de la contrebande. La solution à ce problème ne doit pas être la fermeture des frontières ».
Et au Président de la Commission commerce douanes et libre circulation des personnes et des biens, David Gbahoungba de renchérir : « Le problème de sécurité du Nigéria est le problème de tous le monde. Le Nigéria à lui seul ne peut pas régler ses problèmes. Aujourd’hui aucun pays ne peut faire cavalier seul, car un soldat seul est un soldat mort ». Le collectif invite donc les pays concernés par cette situation à entrer en discussion afin de trouver de façon pérenne une solution aux problèmes qui fâchent. Le Président Libérien, Son Excellence Georges Weya, présent à cette cérémonie est désigné pour porter la voix des parlementaires auprès de son homologue du Nigéria.

Judicaël E.C. GBETO




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook