Actualités

Djougou : une médiation en vue après l'incident entre les Rois KPÉTONI KODA VI et SINABOKO de Nikki

Deo Gratias HOUNKPATIN 9/06/2024 à 16:32

Un malentendu protocolaire a marqué la visite d’amitié et de fraternité du roi SINABOKO de Nikki au roi KPÉTONI KODA VI de Djougou, le lundi 03 juin 2024. Ce différend, survenu lors de l’accueil du roi de Nikki au palais royal de Djougou, a attiré l’attention de la Commission Nationale Linguistique Yom (CNLY).

L’incident est lié à l’accueil royal qui devrait être réservé au roi de SINABOKO de Nikki et sa délégation. Face à cette situation, la Commission Nationale Linguistique Yom (CNLY) a réagi promptement. Elle a dépêché une délégation, composée de son président, l’honorable Daouda Takpara, du vice-président Sabi Imorou Issa, et de l’organisateur Takpara Abdoulaye, pour écouter la version des faits de Sa Majesté KPÉTONI KODA VI et de sa suite. Après une audience au palais royal, M. Daouda Takpara a expliqué les raisons de l’incident.

"Selon ce qui a été dit, il était question que, dès qu’ils sont arrivés au niveau du palais royal, ils devraient changer le tam-tam de louange pour taper le tam-tam de louange du roi de Djougou, ce qu’ils ont refusé de faire, estimant que c’est leur tam-tam qu’on doit taper jusqu’à aller chez le roi. Ils ont aussi voulu que notre roi sorte pour l’accueil alors qu’il avait déjà envoyé des émissaires pour les accueillir. Aussi, quand tu vas chez quelqu’un, c’est le siège qu’on te présente que tu prends. On a estimé que le siège que notre roi est en train de présenter à l’autre ne vaut pas la peine", a-t-il confié.

La CNLY, en collaboration avec la Commission Linguistique Baatonou, se prépare à mener une médiation pour apaiser les tensions. Ces deux commissions sœurs joueront un rôle crucial en facilitant le dialogue constructif entre les deux cours royales, afin de préserver l’harmonie et la fraternité entre les deux communautés.

"Nous nous sommes dit qu’il faut qu’on vienne, qu’on écoute la version de notre roi pour qu’on essaye, en tant que Commission linguistique, d’intervenir afin de trouver une solution. Nous sommes tous des frères, nous devons rester ensemble dans la paix. Nous avons écouté le roi et sa suite. Nous avons été édifiés. Cela nous permettra de rencontrer la Commission linguistique Baatonou et d’échanger pour trouver une issue heureuse à la question", a conclu M.Daouda Takpara.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook