Actualité

Drame : 30 femmes accusées de sorcellerie, brûlées vives en onze mois au Congo

L’investigateur 12/12/2021 à 17:03

C’est à l’occasion d’une séance organisée par l’Association des femmes dans les médias (AFEM) que les femmes de la structure ont lancé un appel aux autorités à divers niveaux. C’était ce mercredi 8 décembre 2021.

Il s’ agit d’un appel, pour les inviter à prendre des mesures idoines afin de réduire considérablement les cas de violence faites sur les femmes. De même que le phénomène de la vindicte populaire appliquée aux femmes accusées de sorcellerie dans le pays.

| Lire aussi : Criet  : un avocat de la défense exhorte la Cour à prouver son indépendance

C’est l’objectif visé par L’Association des Femmes dans les Médias (AFEM) en organisant cette assise. « Nous avons organisé cette table ronde sur les allégations de sorcellerie féminine pour mobiliser les autorités, les chefs religieux, les acteurs de la société civile et les défenseurs des droits humains afin de voir comment réduire les cas de violence et de justice populaire contre les femmes accusées de sorcellerie », a déclaré Eliane Polepole, la chargée des programmes à AFEM à l’entame de la séance.

| Lire aussi : Cameroun  : les travailleuses du sexe ont révisé les prix à cause de la CAN 2021

En effet, 30 femmes accusées de sorcellerie ont été tuées de sang-froid entre janvier et novembre 2021. Et, selon le rapport de l’AFEM effectué sur cette période, plus de 335 allégations de sorcellerie ont été enregistrées rapporte média Congo.
Il urge donc que des mesures adéquates soient prises par les autorités à divers niveaux pour faire face à cette situation.


Maurelle Hessou



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook