Actualité

Église catholique : les prêtres pères de famille appelés à renoncer à la soutane en Rdc

L’investigateur 6/04/2022 à 12:26

Les prêtres catholiques pères de famille sont dans le collimateur de la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo (CENCO). Ils sont appelés à renoncer à leurs fonctions religieuses.

En effet, ils sont invités à abandonner la soutane pour aller s’occuper de leur progéniture. Le célibat des prêtres catholiques fait débat en République démocratique du Congo. Un document de la Conférence épiscopale CENCO a fuité dans la presse. Signé par tous les évêques du pays, il appelle les prêtres congolais ayant eu un enfant, à renoncer à leurs fonctions religieuses.

| Lire aussi : Eglise catholique : une prostituée vole 10 millions à un prêtre après une partie de jambes en l’air

Car, la CENCO exige la chasteté sacerdotale de ses prêtres. Dans le document de 19 pages intitulé « A l’école de Jésus-Christ. Pour une vie sacerdotale authentique », les évêques congolais parlent d’une « incompatibilité » entre la charge de père de famille et la prêtrise. Par conséquent, il est demandé à tout ecclésiastique ayant un enfant de « solliciter une dispense de ses obligations auprès du pape ».
Des prêtres renvoyés de leurs fonctions ont été révélés il y a un moment dans le pays et beaucoup se demandent si la proposition de la CENCO n’est-elle déjà pas en application en RDC. Il y a quelques jours, trois responsables du diocèse de Tshumbe, dans le centre du pays, avaient été exclus sur décision du Vatican. Une décision ferme puisqu’un des trois prêtres avait déclaré n’avoir jamais été jugé, ni entendu.

| Lire aussi : Sexe à l’église : ‘’les prêtres adorent les hanches larges et les seins lourds’’, selon le pasteur Nicholas Osei

Une partie du document de la CENCO porte par ailleurs sur les enfants de ces prêtres catholiques ainsi que sur leurs mères. La conférence épiscopale dit vouloir « briser le silence » par rapport à leur situation, rappelant qu’ils étaient en général « stigmatisés par la société ». « Nous avons l’obligation morale de reconnaître que ces personnes existent et souffrent dans le silence », estime la CENCO rapportée par Rfi.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook