Sport

Fédération béninoise de handball : le parcours de Sidikou retracé par un journaliste

L’investigateur 27/09/2021 à 08:19

Grand Frère !
Je t’ai appelé ainsi depuis notre première rencontre il y a un peu plus de 16 ans désormais et c’est celui que tu as fini par devenir par la suite pour la bande de jeunes passionnés aspirant à se faire un nom dans le Groupe de Presse laboratoire qui nous a médiatiquement vu naître… Ce lien de fraternité s’est établi timidement car ta permanente compagnie avec le Grand Patron a naturellement créé une sorte de barrière psychologique entre nous. Pourtant tu as entretenu ce lien en toute simplicité en me motivant à mieux faire. Tu étais spécialement fidèle à tout ce qui était Sport sur la jeune Radio des défis à l’époque. Ton statut a entre-temps évolué avec le déménagement de notre boîte de Caboma à Dandji. Tu en étais devenu le premier Directeur général post Kobaba… Une promotion qui, en soi, était un évènement tant le Grand Patron et le poste de Directeur général avaient, comme disent mes cousins ivoiriens, « fait un ». Ta nomination, si besoin en était, confirmait que tu occupais la première loge du premier cercle aux yeux du Big Boss. Toutefois, tu n’as pas pu nous diriger longtemps car les lignes de ta future « Succes Story » étaient impatientes de s’écrire.
Tu décides d’entraîner, dans ton grand saut, certains des nôtres. Ainsi débute ton histoire, ta belle histoire de Grand Patron à la tête aujourd’hui d’un empire commercial.
Derrière ta chaleur et ton sourire, se cache un vrai leader hyper effacé et positivement rigoureux. Tu as l’art de motiver et de partager. En ta compagnie, on s’ennuie rarement tant ta grande culture générale et particulièrement sportive est un gage de bons moments d’échanges. Ton sens de l’humour est la cerise sur le gâteau.. Petit souvenir : il était fréquent d’entendre depuis le deuxième étage du bâtiment qui nous abritait, tes fous rires certains après-midi dans notre QG de Caboma avec ta célèbre position assise sur le coffre de ta petite voiture blanche de l’époque. Toute chose qui se ressent encore aujourd’hui à travers quelques-uns de tes statuts WhatsApp que tu meubles notamment d’images ou de pensées drôles.
Féru et inconditionnel du sport, tu l’es. Tu es par exemple celui qui veille tard dans la nuit pour regarder, par tous les moyens possibles, l’Open d’Australie sinon ton amour pour le Réal Madrid est infini comme toutes tes playlists Zouglou et autres musiques qui parlent et qui éveillent.

Lire aussi : Bénin : la Chine appuie Foyer d’Amour dans sa lutte contre le coronavirus

Lire aussi : Yayi après son retour au Bénin : « Je retrouve avec bonheur le Peuple béninois »

Lire aussi : Bénin : une plateforme de la société civile réagit à la rencontre entre Talon et Yayi

Le Handball, ton autre vraie passion… Tu as grandi et mangé handball, amoureux des « Experts » français et de leurs ailiers, surtout le gaucher comme toi sur un parquet, Luc Abalo. Joueur de renom à l’échelle nationale, tu étais, pour emprunter un qualificatif populaire récent, « choco » sur le terrain. Tu as fait toutes tes classes et te voilà tout naturellement, j’ai envie de dire, au sommet ! Tu es désormais le Président de la fédération béninoise de Handball. Je n’ai aucun doute sur ta capacité à produire d’excellents résultats. S’il est vrai que la perfection n’est pas de ce monde, tes nombreuses qualités et tes réalisations plaident pour toi. Tout ce que tu touches se transforme en succès ! Le Général Mathieu Kérékou a fait du Caméléon une marque politique, toi tu en fais un véritable label commercial. Tu as fini par logiquement décliner ton Caméléon en plusieurs couleurs (Communication, Média, Production Musicale, Droits Tv …). La dernière couleur que tu prends, après ton nouveau look capillaire, est celle de Président de l’exécutif du Handball béninois. Tu vas bien faire les choses, tu vas les faire en grand car tu sais toujours élever le niveau avec un casting de choix autour de toi… Entre les « gardiens du Temple » Serge Akakpo D, Calixte Adankpo, Ousmane Moussé « Boutcho » en passant par le duo choc Kader Yarou et Louis Hougnandandé pour arriver à la Miss Bonne humeur Clarisse, nouvelle venue mais que je sais intrépide et bosseuse. J’accorde la présomption de bonne foi aux autres que je ne connais pas mais tu as toujours su bien t’entourer… Tu restes un homme entier, intègre qui ne triche pas. Tu sais toujours être bien inspiré dans tes entreprises. Nous sommes nombreux à compter sur toi pour nous rendre fiers de notre handball car tu aimes associer ton nom à l’excellence !!!
Force à toi et Très bon mandat, cher Sidikou Karimou !
Que dis-je Très bon mandat à toi Grand Frère !!!
Ton petit frère Albert




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook