Actualité

Iko, l’ancien syndicaliste reconnaît que Yayi et Koutché ont menti sur la dette de l’Etat aux travailleurs

L’investigateur 19/10/2020 à 15:46

Reçu dans l’émission dénommée Le Paquet de Urban Fm de Parakou, l’ancien secrétaire général, Paul Essè Iko y est allé de ses démonstrations en tant qu’acteur pour prouver que l’Etat béninois devait effectivement des arriérés aux travailleurs sous le régime de Boni Yayi.

« Nous avions lutté longtemps quand on était en activité sous le président Boni Yyayi », a déclaré l’invité de la radio Urban Fm d’entrée. Poursuivant, il dira : « nous avions estimé qu’on devrait avoir 1,25. Et il a été accordé, mais Boni Yayi n’a pas pu nous payer cela avant de partir ». Dans la suite, ajoute-t-il, il admet que « les enseignants retraités ont créé leur syndicat et se sont mis à lutter pour obtenir ces arriérés qui ne sont pas les seuls. Lorsque le gouvernement de Patrice Talon est arrivé, nous avons rencontré le président en personne et le ministre des finances qui a accepté qu’on nous accorde la revendication liée au 1,25. On l’a promis. Il est vrai que qu’on nous a parlé de Covid-19, mais par la suite, ils ont apuré une partie. »

Lire aussi : Démocratie  : quand l’Afrique choisit de nager entre deux eaux, la désillusion et l’espoir

Très reconnaissant, Paul Essè Iko l’a reconnu mais estime que la seconde partie est attendue. « Nous attendons la seconde partie avant de mettre sur la table les autres revendications ». Abondant dans la même logique, le secrétaire général des retraités complète que l’ancien président Boni Yayi et son ministre des finances d’alors, Komi Koutché ne peuvent pas dire qu’ils ne devaient pas d’arriérés aux travailleurs. « Il ne peut pas dire qu’il a satisfait à toutes nos revendications. L’Etat étant une continuité, Patrice Talon doit nous payer nos arriérés. », a-t-il conclu.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook