Bénin

Institut National de la Femme : des indices sur la future présidente de l’Institution dévoilés

L’investigateur 28/07/2021 à 09:04

Le conseil des ministres du mercredi 21 juillet 2021 a décidé d’apporter une nouvelle touche à l’institut national pour la promotion de la femme (INPF). Le gouvernement de Patrice Talon a remarqué que les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Nécessité donc de « réorganiser entièrement » l’institution. Par ailleurs, qui en sera la prochaine Patronne ? Qui succèdera au Professeur Vicentia Boco ?

Sur cette question, nos sources confient que la nouvelle patronne de cette institution rattachée au palais de la République est bel est bien connue. Elle est un soutien au régime de Patrice Talon. Une femme sans aucun doute. A dire vrai, la probable future présidente de cette institution sauf revirement de situation, sera une dame connue dans l’arène politique et naguère cheffe de parti politique. Une mordue des causes de la Rupture et qui a mouillé le maillot pour la réélection de Patrice Talon.

Lire aussi : Prison civile de Cotonou : de sa cellule, Aïvo honore la mémoire de Rosine Soglo

Créé le 31 décembre 2009 par le décret n° 2009-728 le 31 décembre 20092 et modifié par le décret 2015-161 du 13 avril 2015 qui fait de lui, un Office à caractère social et scientifique et doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, l’Institut national pour la promotion de la femme (INPF) est un organe de réflexions, d’études et de promotion de la femme. Réuni en conseil des ministres mercredi dernier, le gouvernement s’est dit déçu de l’inefficacité de cette instance.
On peut retenir du rapport de cette rencontre de l’Exécutif que « L’Institut initialement dédié à la promotion de la femme n’a pu, pour diverses raisons, jouer le rôle de levier destiné à assurer la mise en œuvre d’une politique cohérente et durable en vue de relever les défis identifiés. Tirant leçon des faiblesses rédhibitoires dudit Institut, le Conseil a décidé de le réorganiser entièrement en donnant une nouvelle impulsion à ses mission et attributions ».

Lire aussi : Assimi Goïta : la CNDH exige une enquête sur la mort de son agresseur

Quelques modifications apportées à l’Institut …

L’Institut national de la Femme, dans sa nouvelle configuration, est dorénavant un organisme public doté de la personnalité juridique, de l’autonomie financière et de prérogatives importantes pour mener des actions plus déterminantes en faveur de la femme. Il est désormais rattaché à la présidence de la République, où il aura pour mission d’œuvrer à la promotion de la femme, tant aux plans politique, économique, social, juridique que culturel, aussi bien dans la sphère publique que privée. Il aura aussi pour mission de lutter contre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard de la femme. Ensuite, il disposera, par ailleurs, d’un service actif d’écoute qui recevra les dénonciations de faits de discrimination ou de violence dont elle est l’objet. Enfin, il dispose du droit d’ester en justice et de se constituer partie civile pour ces faits.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook