Bénin

Koovi au Frère Hounvi : ‘’un combattant ne se cache pas derrière la jupe de sa maman’’

L’investigateur 27/12/2021 à 12:26

Invité d’un forum le samedi 25 décembre 2021 pour débattre de l’actualité nationale, Bertin Koovi a fait le tour d’horizon et a répondu aux questions y compris celle relative à celui qui se cache derrière le pseudonyme ‘’Frère Hounvi’’.

Autant le « Frère Hounvi », chroniqueur béninois en exil suscite la curiosité de ses fans à travers le contenu de ses chroniques contre le régime en place, autant beaucoup piaffent d’impatience de connaître celui qui est caché derrière le pseudonyme. A cette question posée samedi dernier à Bertin Koovi dans un forum Whatsaap, l’invité n’a pas pu répondre. Il a tout simplement indiqué que ‘’le Frère Hounvi’’ ne l’intéresse pas. « Quand un homme mène une lutte et se cache derrière la jupe de sa maman, il ne m’intéresse pas », a déclaré le président de l’Alliance Iroko qui a tranché en laissant entendre que le ‘’Frère Hounvi’’ ne l’a jamais intéressé. Evoquant la période où il était avec l’opposition, Bertin Koovi a déclaré que le « Frère Hounvi » a tenté par personne interposée de l’encourager à travers des messages qui ne lui faisaient ni chaud ni froid. « Je n’ai jamais cherché à connaître le monsieur parce qu’on ne mène pas une lutte en se cachant », a-t-il répondu.

| Lire aussi : Adjarra : un locataire assigné en justice pour 33 mois de loyers impayés au propriétaire

Désormais aux côtés du régime, Bertin Koovi est devenu un ardent défenseur du président Patrice Talon qu’il vitriolait hier. Pour lui, le Chef de l’Etat est sur la bonne voie et on doit l’accompagner. Toute idéologie contraire à celle du « Frère Hounvi » qui dans ses chroniques à chaque fois y va de façon acerbe pour tirer à boulets rouges sur le régime. Plus est, la démarche des deux hommes est contradictoire. Bertin Koovi qui opposant hier tout comme mouvancier aujourd’hui préfère mener un combat à visage découvert ; et ‘’Frère Hounvi ‘’ qui quant à lui se cache derrière un pseudonyme pour asséner des coups durs au pouvoir en place.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer