Béni

Koutché : le résumé des sujets abordés par l'opposant lors de l'entretien sur RFI

L’investigateur 17/05/2021 à 13:29

L’ancien ministre des finances sous le régime de Boni Yayi et tout nouveau docteur en finance, Komi Koutché est aujourd’hui l’un des pires opposant du régime de la rupture du président Patrice Talon. Reçu vendredi dernier sur le média français, Komi Koutché s’est prononcé en général sur l’actualité nationale du pays. Voici le résumé des sujets d’actualité, abordés par le président de la plateforme d’opposition S’engager pour le Bénin.

RFI : Pour justifier la baisse de participation par rapport à 2016, le président Talon met en avant les violences qui ont émaillé la campagne électorale de cette année et il accuse plusieurs figures de l’opposition d’avoir planifié, avant le scrutin du 11 avril, une insurrection armée qui aurait visé à le renverser. Est-ce que vous vous sentez visé ?

Komi Koutché : Jamais, avant le président Patrice Talon, il n’y avait eu des scènes de violence. Mais depuis 2016, qu’il est au pouvoir, tous les trois rendez-vous électoraux qu’il a organisés n’ont pu se dénouer sans que des Béninois innocents ne tombent sous les balles d’une milice spécialement montée pour la circonstance. Aujourd’hui, le président Patrice Talon a privatisé l’économie, il a privatisé l’arsenal institutionnel, il a privatisé l’espace électoral… Et donc, pour pérenniser ceci, il ne lui reste que la violence. En clair, la démocratie béninoise, que vous avez connue depuis 1990, est aujourd’hui une démocratie totalement mise en berne.
Le président Patrice Talon est le collecteur des ressources publiques à travers sa société Bénin Control. Il collecte, il donne ce qu’il veut dans les caisses de l’État. Il contrôle le port, il contrôle l’aéroport, il contrôle le secteur hôtelier… Il a pris en otage et étouffé tous les opérateurs économiques. Et quand quelqu’un est comme cela, il ne lui reste qu’une seule chose : installer un empire et utiliser des employés, des gens qu’il peut manipuler pour pouvoir le pérenniser. Et pour cela, il n’y a que la force brutale.

RFI : Docteur Komi Koutché, vous dites que les violences viennent du pouvoir. Mais début avril, juste avant le scrutin, vous avez enregistré deux vidéos dans lesquelles vous appeliez les Béninois à manifester contre le régime. Est-ce que ce n’était pas un appel à l’insurrection ?

Komi Koutché : Je suis aux États-Unis, le pays de référence de la démocratie dans le monde, et vous comprenez qu’avec toutes les vertus de la démocratie dont je jouis, ici, aux États-Unis, je ne peux pas appeler à la violence. J’ai appelé à des manifestations pacifiques non violentes, mouchoir en main et les populations ont suivi massivement cette manifestation pacifique, jusqu’à ce qu’il soit ordonné à une milice d’aller tirer ouvertement sur les populations qui étaient en manifestation pacifique.

RFI : Actuellement, il y a plusieurs figures de l’opposition en prison. Parmi elles, Reckya Madougou et le professeur Joël Aïvo. Mais le pouvoir dit que la justice détient la preuve que ces personnes ont planifié des actions violentes dans le centre-nord du pays. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Komi Koutché : Vous parlez de quelle justice ? Le Bénin n’a plus de justice. La justice républicaine a été remplacée depuis 2016 par la justice privée du président Patrice Talon. La Cour africaine des droits de l’homme a pu donner des instructions claires sur ce qu’il convient d’appeler « aberrations judiciaires », que le président Patrice Talon utilise aujourd’hui pour réprimer ses opposants.
Les cas de Reckya Madougou et de Joël Aïvo sont illustratifs. Ces deux cas sont illustratifs de ces aberrations. On reproche à Reckya Madougou d’avoir financé ses partisans pour 15 millions de francs CFA. Vous voyez ce que cela fait pour une candidate d’un parti comme le parti Les Démocrates… On lui reproche le fait que, pour faire appel du rejet de sa candidature, elle mette 15 millions à la disposition de ses partisans. Nous sommes dans un pays démocratique, la contestation est une vertu de la démocratie. Je ne pense pas qu’il soit vraiment raisonnable et de bon sens que l’on reproche à une candidate de financer à hauteur de 15 millions de francs CFA – si vous convertissez en euros, vous verrez que ce n’est rien du tout – le fait d’aller expliquer comment sa candidature a été rejetée, si tant est que la contestation est une vertu de la démocratie.
À Joël Aïvo, on lui reproche le blanchiment de capitaux et des appels à l’insurrection. Quand je prends l’aspect blanchiment de capitaux, de façon terre à terre, pour l’ancien ministre des Finances que je suis, un blanchiment suppose de l’argent gagné par une origine criminelle et recyclé dans une fin objectivement justifiable. Joël Aïvo, on ne nous a pas encore dit de quelle source criminelle il a pu gagner cet argent-là.
Donc en clair, il a été simplement question d’embastiller les quelques rares têtes qui restaient encore et derrière lesquelles le peuple pourrait s’allier, si les élections étaient ouvertes. Mais si vous citez seulement les cas de Joël Aïvo et de Reckya Madougou, c’est que vous taisez les près de 500 arrestations extrajudiciaires qu’il y a eu depuis que cette parodie électorale a été organisée.

RFI : Les États-Unis, il y a trois semaines, et la France, cette semaine, par une lettre d’Emmanuel Macron à Patrice Talon, appellent le chef de l’État béninois à respecter la démocratie et les droits de l’homme. Mais le président du Bénin ne peut-il pas en profiter pour souder la population béninoise contre les donneurs de leçons occidentaux ?

Komi Koutche : Est-ce que ceux-là sont les donneurs de leçons occidentaux ? Ceux-là sont plutôt des gens qui veulent que le label démocratique béninois soit préservé ! J’ai vu la lettre des États-Unis, j’ai vu la récente lettre du président Macron que le président Talon, avec sa cellule de propagande, fait passer pour une lettre de félicitations. Je tiens à féliciter le président Macron, qui n’a pas changé. J’ai eu l’occasion de le côtoyer pendant que nous étions encore tous deux jeunes ministres au Conseil des ministres de la Zone franc. Je crois qu’il n’a pas changé de principe. Il aurait pu faire comme tout le monde, vouloir l’encenser et lui dire ses félicitations, mais il lui a donné une bonne leçon de morale démocratique. Les États-Unis ont fait pareil. Ce n’est pas une question de donneur de leçons, c’est une question plutôt d’appel à la raison. Le président Patrice Talon est complètement à l’antipode, aujourd’hui, de tous les principes qui l’ont amené lui-même au pouvoir.

Source : RFI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook