Communales 2020

Les raisons du retrait du parti Grande Solidarité Républicaine

L’investigateur 10/03/2020 à 17:13

A quelques jours des communales, certains partis renoncent à la course. C’est le cas d’ailleurs du parti Grande Solidarité Républicaine (GSR) dont les membres se sont réunis en session extraordinaire pour décider de ne pas prendre part aux communales du 17 mai prochain. Des raisons notifiées dans le communiqué que voici, motivent leur renoncement.

Le communiqué du part GSR

Récépissé définitif d’enregistrement:N°2019/N°032/MISP/DC/SGM/DAIC/SAAP/SA du 24Octobre 2019

COMMUNIQUE DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI GRANDE SOLIDARITE REPUBLICAINE (GSR)

RETRAIT DU GSR DE LA COURSE AUX ELECTIONS MUNICIPALES ET COMMUNALES DE MAI 2020

Le Bureau Politique du Parti Grande Solidarité Républicaine (GSR) s’est réuni en session extraordinaire le Samedi 15 Février 2020 à l’effet de l’évaluation à mi-parcours des préparatifs liés à la participation du Parti aux municipales et communales de Mai 2020.Abordant ce seul point inscrit à l’ordre du jour de la séance, le Bureau a relevé, dans la Loi N°2019-43du 15 Novembre 2019 portant code électoral en vigueur, une innovation majeure, celle liée à l’extension du champ de la compétition à toutes les communes du Bénin et cela , à moins de quatre mois de la date de clôture des dépôts de candidature fixée au 11 mars 2020 par la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA),quoiqu’elle induise deux contraintes :Contrainte liée aux ressources humaines. En la matière, chaque Parti Politique doit disposer en moins de quatre mois de 3630 personnes au titre des candidats. Lorsqu’on sait que la charte des Partis Politiques en vigueur n’impose que quinze (15) personnes par communes à ceux-ci soit 1155 au plan national au 17 Mars 2019 et ce, après de larges discussions, n’est-on pas fondé à retenir qu’au lieu d’améliorer les textes dans le sens d’une élection inclusive tel que voulu par le dialogue national organisé par le Président Patrice TALON lui-même, les choses ont été plus compliquées pour les Partis.

GRANDE SOLIDARITE REPUBLICAINE (GSR) SIEGE NATIONAL : DEPARTEMENT DU ZOU -COMMUNE DE ZA-KPOTA ARRONDISSEMENT DE ZEKO –VILLAGE ADAWEMEMAISON : Dah GUEDOU VISSETOGBE07 BP 941 COTONOU

Peut-on raisonnablement passer en moins d’un an (17Mars 2019 –11 Mars 2020) de 1155 à 3630 militants ?Contraintes Financières-Chaque Parti Politique, tout en faisant face à ses charges de fonctionnement et d’équipement quoiqu’il ne bénéficie de financement public, doit apporter une caution de 18 150000 FCFA à ses candidats à la date de clôture des candidatures.-Les candidats, quant à eux, doivent payer chacun une somme de cinq mille (5 000) FCFA pour avoir leur situation fiscale en dehors de l’ordinaire (7 000 à 8 500 CFA) au titre de l’attestation et du certificat de résidence, de l’acte de naissance, du certificat de nationalité, du casier judiciaire et de la déclaration sur l’honneur. Ce faisant, le législatif et l’exécutif aux commandes du pays ont eu l’avantage de rendre les municipales et communales difficile d’accès aux Partis Politiques, décourageant, par conséquent, tous les militants et ouvrant ainsi la voie à leur débauchage par certains privilégiés contre la promesse de gratuité de pièces administratives assortie d’une somme de dix mille (10.000) francs CFA. Curieusement, le chef de l’exécutif, qui a pourtant promulgué ce code électoral supposé bien pensé, a confirmé, une fois cette étape franchie, la thèse de gratuité de certaines opérations liées aux actes administratifs de constitution de dossiers de candidatures, par le biais d’un arrêté N°076 du 05 Février 2020 de son Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale, vidant le code électoral de l’essentiel des charges qui y sont retenues pour se donner une bonne conscience auprès de la communauté nationale et internationale quant à l’ouverture à la participation de tous . Ces agissements fondent le GSR à penser à un déni d’initier. De surcroît, ledit arrêté est intervenu après 80 jours sur 116 de délai consommé (rendant du coup inopérante, pour les victimes, toute tentative de rattrapage des délais de dépôt des dossiers de candidatures dans la limite fixée par la CENA).
On ne modifie pas les règles du jeu en plein jeu. Dans un pays sérieux, on s’en sort non pas unilatéralement mais en accord avec tous les acteurs afin de garantir à chacun ses droits acquis et en la matière, les délais légaux. Malheureusement, face à cette énième situation qui devrait induire la démission du Président de la Commission des Lois à l’Assemblée Nationale et la recherche de solutions législatives idoines en accord avec toutes les parties impliquées dans le processus nous n’avons eu droit qu’à une violation systématique des Lois et règlements de la République. La cerise sur le gâteau est que prétextant de l’alinéa 2 de l’article 12 du code électoral : « Nul ne peut voter s’il ne déteint une pièce d’identification » l’exécutif vient d’élargir l’assiette des pièces d’identification des votants (carte Lepi, carte d’identité nationale, carte ravip, permis de conduire, carte biométrique de la CEDEAO, passeport, carte professionnelle d’identification , livret de pension) alors que la seule pièce d’identification retenue par la loi relative à la LEPI est la carte LEPI. Dès lors, la transparence, la sincérité et la fiabilité du vote consigné à l’article 1erdu code électoral en vigueur sont compromises. Eu égard à ce nouvel épisode qui se déroule tristement sous son regard impuissante sur fond d’instabilité juridique et de violations répétées des textes de la République, l’exécutif au pourvoir n’offre, au Parti Grande Solidarité Républicaine (GSR, d’autres choix que de se retirer de cette confusion. Par conséquent il :-Décide, après consultation de ses bases d’arrêter, pour compter de ce jour, Mardi 10Mars 2020, sa participation aux municipales et communales 2020.-Appelle toute la classe politique à réfléchir à la formule qui éviterait l’arrimage à chaque élection de la modification des codes électoraux, source de perturbations de l’organisation des Partis Politiques, de tricheries pour les gouvernants successifs et lourde de conséquences pour la nation.
VIVE LE BENIN
VIVE LE GSR
Za-kpota, le 10Mars 2020
LE BUREAU POLITIQUE




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer