Bénin

Madame Alioza, ‘’La lutte pour l’avenir de la femme se fera avec détermination (…) aux côtés des hommes

L’investigateur 16/05/2022 à 14:07

Reçue par les journalistes Ghislaine Adimi et Mirabelle Akpaki dans« Boulevard des femmes », une émission de l’Ortb, Christhelle Houndonougbo Alioza s’est prononcée sur l’actualité nationale avant de lancer un appel pressant aux femmes engagées en politique. Sur le thème « L’image des femmes politiques dans les médias », l‘invitée de la chaîne nationale, ancienne journaliste à la chaîne privée de télévision (LC2), l’Ortb n’a pas eu sa langue dans la poche.

C’est à travers un franc-parler que la Directrice de l’Administration de l’Union Progressiste a abordé le thème choisi pour cette émission. Pour Christhelle Houndonougbo Alioza qui s’est illustrée à travers un message poignant à l’endroit de la gent féminine lors de la récente Journée internationale de la femme, les Béninoises engagées en politiques ne doivent pas faire piètre figure.

| Lire aussi : Houéyogbé : les doléances du conseiller Agbodji à la délégation gouvernementale en tournée dans le Mono

En effet, deux mois après la célébration du 08 mars, Journée internationale de la femme au cours de laquelle elle s’est fait entendre à travers un message adressé aux femmes béninoises, Christhelle Houndonougbo Alioza est demeurée dans la même dynamique. Pour elle, « La lutte pour l’avenir de la femme se fera avec détermination, humilité, lucidité et complicité aux côtés des hommes… ». Par la suite, elle renchérit : « Nous avons le devoir de travailler pour la cité… », a souhaité l’ancienne Directrice du Cous-Ac, avant de poursuivre pour dire que la femme engagée en politique doit avoir une image axée sur des valeurs telles que la compétence et une vision qui porte sur des idées, l’humilité et la simplicité ; l’humanisme, à savoir qu’elle doit se mettre au centre de tout.

| Lire aussi : Burkina : un mouvement lance une pétition pour exiger l’annulation des accords militaires avec la France

Sur les réformes du système partisan, la Directrice de l’Administration de l’Union Progressiste souhaite qu’il y ait la mise en place de structures de formation des femmes engagées en politique, histoire de susciter l’engouement dans leur rang et par ricochet, rehausser leur niveau. Si pour exercer une profession, il faut se faire former, la femme devra aller à l’école de la politique, propose l’ancienne présidente du parti Congrès du Peule pour le Progrès (CPP).


Landry Djossou (Stag)




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook