Bénin

Madougou : l’ONU saisie sur ses conditions de détention par ses avocats

L’investigateur 28/07/2021 à 15:32

Les avocats de l’ancienne ministre, Réckya Madougou en prison à Akpro-Missérété n’ont pas baissé la garde. Au-delà des sorties médiatiques pour dénoncer ses conditions de détention, ils ont saisi l’ONU.

Les avocats de l’ancienne Conseillère spéciale chargée de la microfinance du président togolais, Faure Gnassingbé sont toujours mécontents des conditions de détentions de leur cliente. Selon les informations de Bénin Web Tv, ils viennent de saisir le groupe de travail des Nations Unies, le lundi 23 juillet dernier, sur les conditions de détention de leur cliente qu’ils jugent arbitraire.

Lire aussi : Bénin : un manager mordu par un chien au concert de Dadju dans un état critique

« La personne que nous défendons est dans un état extrêmement fragile, isolée sans possibilité d’avoir droit à une procédure équitable », avait affirmé Me Antoine Vey.

Lire aussi : Assimi Goïta  : la CNDH exige une enquête sur la mort de son agresseur

Pour les avocats, tout se passe comme si Reckya Madougou est isolée. Auparavant, Me Mario Stasi expliquait que sa cliente subit « un véritable isolement ». « Pas d’accès au téléphone, pas de radio, pas de télévision… une visite trois fois par semaine de sa mère qui, elle, ne peut qu’échanger sacs plastiques avec de la nourriture et à qui elle n’a pas le droit de parler… », avait raconté l’avocat français.

Lire aussi : Madougou  : la demande de mise en liberté provisoire de l’ex-ministre rejetée par la Criet

Candidate recalée à l’élection du dimanche 11 avril dernier, Réckya Madougou visée lors des violences préélectorales, est en prison depuis quatre mois.
Placée en détention pour financement du terrorisme, elle est passée devant le juge d’instruction et a plaidé non coupable.

Lire aussi : Bénin : Aïvo raconte les circonstances de l’arrestation de Réckya Madougou

Ses avocats ont demandé une remise en liberté provisoire pour elle en attendant que les enquêtes se poursuivent, mais le juge des libertés et de la détention s’est opposée.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook