Bénin

Mme Francisco : "le 1er août rappelle le souvenir douloureux de la domination coloniale"

L’investigateur 1er/08/2021 à 20:18

Mes cher(e)s compatriotes,
Aujourd’hui, 1er août 2021, nous célébrons à l’unisson le 61e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale.
J’adresse à chacune et à chacun de vous mes chaleureuses félicitations. Car l’indépendance c’est la résultante de longues luttes et de durs combats qui se perpétuent depuis des décennies.
Aux combattants de la nouvelle ère, à tous les panafricanistes de la génération actuelle, je redis mon respect et mon admiration. Votre courage et les sacrifices immenses que vous consentez au quotidien pour la défense du monde libre resteront à jamais gravés dans nos cœurs et nos esprits.

La commémoration du 1er août, est un devoir de mémoire qui nous rappelle le souvenir douloureux de la domination coloniale certes, mais elle représente aussi le symbole de l’affranchissement, ne serait-ce que politique du joug colonial. Mieux, elle nous exhorte, aussi et surtout, au dépassement qui nous libère du poids du passé pour gagner la bataille du développement durable. Oui, absolument, le développement est dorénavant le nouveau sens de l’indépendance ; parce que l’étendue de notre liberté et de notre indépendance dépend de notre réussite dans l’effort de développement.
Le désir de liberté et d’indépendance, nous devons aussi le maintenir vivace dans le cœur et l’esprit de la jeunesse émergente, avenir du Bénin de demain.
C’est pourquoi, chers jeunes, chaque 1er août, doit être non seulement votre fête, mais avant tout, l’occasion d’opérer un bilan historique de parcours pour prendre conscience des réelles avancées enregistrées depuis plus de soixante ans.
Cette fête doit exalter en chacun de nous l’amour de la patrie, l’endurance dans l’effort, le culte de l’excellence dans le travail et la conscience de nos responsabilités futures dans la conduite des affaires de la Nation.
Mais encore davantage, votre rendez-vous, notre rendez-vous avec l’avenir commence dès aujourd’hui, par la construction citoyenne au sein de chacune de nos familles.
Et le premier acte citoyen, la clef qui ouvre les portes de la réussite, c’est l’amour et le respect des parents, des adultes et encore plus des institutions quelles qu’elles soient, car ils méritent affection et respect, parce qu’ils sont les garants du progrès de tous les temps.
La République regroupe un certain nombre de valeurs sûres et un nombre de ressources nécessaires à sont fonctionnement. L’Etat s’efforce à assumer sa part de responsabilité. C’est en effet tout le sens de ses investissements dans divers domaines, notamment dans l’Éducation, la Formation et l’Emploi et tout récemment dans la défense et la protection du genre.
C’est aussi le sens des nombres mesures et réformes annoncées, votées et mises en œuvre pour le progrès de notre cher pays.

Cher(e)s Concitoyennes et concitoyens,
Aujourd’hui, en tant que citoyens et citoyennes la méditation sur le sens de la fête de l’indépendance nous interpelle dans nos consciences et nos attitudes à l’égard des valeurs civiques qui soutiennent l’Etat et la Nation.
Dans une société démocratique comme la nôtre, les droits et libertés individuels et collectifs, consacrés par la Constitution, sont partie intégrante de la citoyenneté. Il est juste et légitime qu’ils soient exercés sans entrave indue.
Mais la citoyenneté n’est pas que droits et libertés.
Elle est aussi devoirs et responsabilités.
Une citoyenneté intégrale et assumée veut que le citoyen soit à la fois libre et responsable de ses actes. Il n’y a pas de liberté sans responsabilité.
C’est l’essence même du contrat social qui fonde le vivre ensemble dans un Etat de droit.
Or, aujourd’hui, la citoyenneté est mise à mal à bien des égards.
Elle est mise à mal :
- quand l’honneur et la dignité de personnes sont mis à rude épreuve par la désinformation érigée en instrument de manipulation des consciences et de discorde sociale ;
- quand l’espace public est occupé sans titre ni droit, au risque de poser de graves problèmes d’encombrement, d’insalubrité et de sécurité publique ;
- quand, enfin, le bien commun n’est pas respecté et que les symboles de l’Etat, de la Nation et de la République sont ignorés.
Nous ne pouvons, chers compatriotes, nous résigner face à cette situation.

Ensemble, dans un effort national nous devons poursuivre la promotion des valeurs citoyennes ; car l’esprit citoyen ne peut se construire par la seule action publique. Il s’acquiert surtout dans une démarche d’auto régulation, où chaque citoyen se soumet volontiers aux exigences de l’intérêt général.
C’est ainsi que la conscience citoyenne s’élève en discipline nationale qui conforte le vivre ensemble et accélère le processus de développement.
Les têtes de ponts, les chefs de files au niveau des grands partis nés de la récente réforme relative à l’organisation des partis doivent savoir engager leurs responsabilités et offrir à leurs militants et partisans des creusets de formation et d’éducation à la conscience citoyenne, au sens du patriotisme.
Car l’expérience montre en effet que la discipline individuelle et collective est un facteur de compétitivité et de croissance économique.
Nous devons nous regrouper dans de grands ensembles pour impacter.
Les résultats commencent peu à peu à se pointer.
D’ailleurs les récentes conférences de l’indépendance initiées par l’Union Progressiste tout récemment viennent me conforter dans l’idée que le rappel de l’histoire, l’information et la formation sont des voies efficaces vers la construction d’une certaine conscience, celle qui élève les esprits et favorise un minimum d’ancrage patriotique. Au-delà du regroupement national, c’est l’unité panafricaine qui a coup sûr nous conduira vers notre indépendance intégrale.
Je voudrais donc saluer à ce propos la clairvoyance des Leaders de l’Union Progressiste pour avoir su trouver un moyen de permettre à leurs militants de réfléchir autour des mouvements de luttes qui ont sous-tendu la marche vers les indépendances et de rechercher les pistes et les voies pour espérer atteindre une véritable et intégrante libération.
Ces conférences sont les premières du genre organisées par un parti dans notre pays. Elles viennent à leurs heures, parce que l’âme des peuples, ce qui fait leur force et leur grandeur, s’incarne dans leur histoire.

Alors, n’oublions jamais que l’asservissement des peuples par l’esclavage et la colonisation, a toujours reposé sur la négation absolue de leur histoire, de leur culture et de leur civilisation.
Ainsi, en faisant le récit authentique de notre passé, nous restaurons à la fois notre histoire et notre patrimoine culturel et civilisationnel. Ce faisant, nous confortons notre vocation naturelle de rester un peuple libre et souverain.
Tel est le sens premier de la fête de l’indépendance.
Pour finir mes propos, je voudrais partager avec vous cher(e)s compatriotes, les réflexions qui ont été les miennes durant ma participation aux conférences de l’Union.

1- Comment réinventer les voies ou Stratégies de combat pour accéder à notre véritable indépendance !

2- Comment trouver de nouvelles voix susceptibles de revendiquer et d’arracher aux puissances colonisatrices notre autonomie ?

3- En un mot qui sont ce qui sont en mesure de nous sensibiliser, organiser et projeter aux fronts pour espérer gagner la bataille ?

À force de s’en convaincre, nous y arriverons !
En avant donc pour la voie unique, pour le modèle béninois de combat pour la nouvelle indépendance après le Nouveau Départ !

- Osons la Révolution mentale et psychologique !
- Osons choisir le modèle approprié à nos cultures, nos us, nos mœurs,
- Osons le renversement des forces et tendances !
- Prenons notre destin en main ! Prenons nos responsabilités !
Le constat est fait, les anciens ont échoué !
Le diagnostic est posé !
Quelles sont les solutions adéquates ? Quels sont les défis pour quels enjeux ?
Africains, réveillons - nous pour de bon !
Amorçons la vraie lutte !
Le problème c’est l’Africain, le problème ce sont les mentalités africaines !
Levons-nous donc ! Unissons-nous pour un développement durable et une Afrique solidaire !

Vive le Bénin !
En marche vers la véritable indépendance !
Prêts pour l’indépendance, et la lutte continue.

Sica Yolande FRANCISCO
Femme Leader- Engagée




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook