Actualité

Niger : la journaliste Samira Sabou interpellée, RSF exige sa libération

L’investigateur 2/10/2023 à 19:43

La journaliste Samira Sabou a été arrêtée, dimanche 30 septembre à son domicile, au Niger. Pour l’heure, même si aucune information n’a été donnée comme motif de son arrestation, l’ONG Reporter Sans Frontières (RSF) réclame sa libération immédiate et sans condition.

A Niamey, capitale du Niger, Samira Sabou a été interpellée pour des raisons non encore connues. Selon les informations, les faits se déroulaient dans la journée du samedi 30 septembre à son domicile.
Saisie de l’affaire et inquiète de l’allure que prennent les choses, en ce qui concerne les droits des professionnels des médias, l’Ong Reporter Sans Frontières (RSF), exige la libération de la journaliste. Egalement, l’indication du lieu où elle est gardée afin de permettre à son avocat de s’entretenir avec elle.
Selon le directeur du bureau de Reporter sans frontières (RSF) pour l’Afrique subsaharienne, Sadibou Marong, Samira serait dans le viseur des autorités nigériennes. « Ces dernières semaines, elle nous confirmait, effectivement, avoir été particulièrement visée dans le cadre d’une campagne de harcèlement en ligne et nous confiait aussi avoir déposé plainte contre X.

Lire aussi : [Bénin:le journaliste Boris Tougan remis en liberté sous conditions)>https://www.linvestigateur.info/?Benin-le-journaliste-Boris-Tougan-remis-en-liberte-sous-conditions&var_mode=calcul]

Auparavant, depuis qu’il y a eu le coup d’État au Niger, nous savons que Samira elle-même a été interpellée par un militaire qui l’avait contactée par téléphone, lui reprochant un de ses posts sur les réseaux sociaux. Même durant l’ère Bazoum, cette journaliste, qui a séjourné en prison, a été particulièrement ciblée à l’époque aussi », rapporte rfi.
Il poursuit, rappelant aux autres organisations, la nécessité d’unir les forces pour que la liberté de presse soit effective. « Sa situation actuelle interpelle tous les défenseurs de la liberté de la presse. Nous demandons aux autorités du Niger de révéler son lieu de détention et de pouvoir lui permettre d’accéder à son avocat, à sa famille également. Mais au-delà de ça, elle doit être libérée sans délai, et c’est ça le message le plus important que nous lançons aujourd’hui aux autorités militaires du Niger. », indique le responsable de l’ONG.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook