Côte d’Ivoire

Ouattara : « la place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne électorale mais en prison »

L’investigateur 24/09/2020 à 11:18

A la faveur d’une interview accordée au magazine Paris Match, Alassane Ouattara revient sur les raisons pour lesquelles il entend briguer un mandat, celui que tout le monde qualifie de trop.

Brillant économiste et ancien cadre du FMI, Alassane Ouattara a réussi à la tête de la Côte d’Ivoire. Cela fait l’unanimité, sauf son mandat qu’il souhaite briguer en cas de son élection le 31 octobre prochain.

En effet, il a souvent clamé que son envie de revenir au pouvoir est motivée par le décès de son dauphin, Amadou Gon Coulibaly. Mais dans cette interview accordée au Magazine Paris Match, il revient sur d’autres raisons qui aussi ont concouru à son maintien dans la course.

Lire aussi : Football  : un africain dans le Top 10 des footballeurs les mieux payés au monde 2020

Pour le président Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire a entamé une nouvelle république depuis 2016. « Notre Constitution date de 2016, elle a instauré une nouvelle République en Côte d’Ivoire. Les cartes ont donc été rebattues. Je vous le répète, je n’ai jamais cherché à m’accrocher – contrairement à mes prédécesseurs. », a-t-il déclaré.

Parlant d’une compétition déséquilibrée du fait de l’absence des ténors tels que Guillaume Soro, Laurent Gbagbo et autres dont les candidatures sont rejetées, le président sortant dira que les joutes électorales du 31 octobre ne manqueront d’aucune légitimité. Pire, il en profite pour dénoncer Guillaume Soro.

Lire aussi : Afrique : Bénin, Talon nomme un Directeur général à l’Agence nationale de Protection sociale

« La légitimité, c’est le respect du droit. La place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne électorale mais en prison. S’il a quitté la Côte d’Ivoire sans y revenir depuis la fin de l’année, c’est parce qu’il sait qu’il devra y être jugé pour une tentative de déstabilisation. Les preuves contre lui sont accablantes », a-t-il déclaré. Plus loin, il dira que Laurent Gbagbo est libéré sous condition et que sa candidature tout comme celle de Guillaume Soro reste une provocation.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook