Bénin

Piraterie maritime : voici les nouvelles mesures prises par le Port Autonome de Cotonou

L’investigateur 10/08/2020 à 13:31

Dans le but de freiner la piraterie maritime à défaut d’y mettre définitivement fin, le Port Autonome de Cotonou (PAC) a pris de nouvelles dispositions. Et pour cause !

« Qui veut la paix, prépare la guerre », dit-on. En effet dans l’optique de stopper la piraterie maritime, le Port Autonome de Cotonou contraint certains acteurs du secteur portuaire à payer des taxes supplémentaires en ce qui concerne les opérations liées au mouillage dans ses eaux, rapporte Matin Libre. Cela se remarque à travers l’introduction de nouvelles redevances dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime.

Lire aussi : Bénin : L’expertise de Tchidimè sollicitée pour une formation en phytothérapie dans le Borgou

La sécurisation des côtes béninoises ayant un coût, l’Etat souhaite que les principaux acteurs portuaires y contribuent. Pour cela, le 28 juillet 2020, le directeur général du port autonome de Cotonou, Joris Albert Thys (photo), a rendu publique, une note circulaire portant instauration de redevances relatives à la lutte contre la piraterie maritime. Ceci en conformité avec un arrêté ministériel en date du 13 juillet.
Selon ladite circulaire dont les agents maritimes et consignataires ont tous copie, les nouvelles redevances varient suivant des contextes bien définis. Quand un navire a, à bord son propre équipe armée de protection embarquée (Eape) le coût diffère du cas de celui qui n’en a pas.
Au cas où le navire n’en détient pas, des éléments des forces armées béninoises sont laissés à sa disposition contre le paiement d’une somme de 350 000 FCFA ; cas des bateaux de moins de 100 m, et de 450 000 FCFA pour les navires de plus de 100 m. Au départ du quai ou de la rade, l’escorte par la garde armée sera également facturée à hauteur de 360 000 FCFA.

Lire aussi : Chronique  : Talon n’est pas obligé de répondre favorablement aux Vuvuzelas

« Ces nouvelles redevances comme toute redevance sur escale doivent être payées avant l’accostage des navires. Elles sont prises en compte dans les avances sur compte d’escale à payer par les consignataires », précise le Pac.
Pour rappel, en janvier 2020, 10 mesures avaient été prises pour sécuriser les côtes béninoises. Mais sans mettre la charrue avant les bœufs, on peut conclure que cela n’a pas fait mouche. La preuve, les attaques des pirates deviennent monnaie courante au large des côtes béninoises.
Le 17 juillet 2020, treize marins russes et ukrainiens ont été kidnappés après l’attaque du pétrolier MT Curacao Trader. Un incident qui est survenu après plusieurs autres.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook