Bénin

Recrutement dans l’armée : Koovi critique le manque d’engouement chez les potentiels candidats

L’investigateur 15/01/2022 à 14:15

A la faveur d’un post sur sa page facebook, Bertin Koovi a critiqué le moins d’engouement de la jeunesse autour du récent concours de recrutement, lancé dans l’armée.

« C’est la première fois que j’apprends qu’il y a offre d’emploi dans la fonction publique et que le béninois ne se présente pas. », a écrit l’ex-président de l’Alliance Iroko. Pour l’ancien candidat à la présidentielle de 2016,

il est inadmissible que l’Etat cherche à offrir d’emploi à la jeunesse qui visiblement ne s’y intéresse pas. Ceci pour rappeler le moins d’engouement autour du concours de recrutement pour le compte de l’armée béninoise.

En effet, lancé le 28 décembre 2021, le concours de recrutement semble ne pas intéresser les jeunes. Au total, l’Etat voulait recruter 50 spécialistes dont 25 titulaires du certificat d’étude élémentaire d’aptitude pédagogique (CEAP) et 25 infirmiers brevetés et ou aide-soignantes issus de l’école de formation médico-sociale (EFMS) de Parakou à travers les 12 départements du Bénin ; 700 jeunes pour les Forces armées du Bénin ; puis 400 jeunes rien que dans deux départements du septentrion. Seulement, pour ces différents recrutements, la date de clôture du dépôt des dossiers était fixée au vendredi 14 janvier.

| Lire aussi : CRIET : la condamnation de Lehady est ‘’grotesque’’, selon son géniteur

| Lire aussi : Bénin : les présidents Boni Yayi et Patrice Talon visés par la déclaration de Soglo

| Lire aussi : Bénin : prorogation du délai de dépôt de dossier pour le recrutement au concours militaire

Mais le moins d’engouement chez les candidats a fait que ce délai a été prorogé d’une semaine. Donc, partant de ce fait, Bertin Koovi déclare qu’il s’agit d’un manque de patriotisme.

Faisant d’ailleurs allusion à la sortie massive du peuple malien hier pour répondre aux sanctions de la CEDAO et par ricochet, prouvé son soutien à la junte militaire au pouvoir, le candidat malheureux à la présidentielle de 2016 cite Bamako en exemple.

Contrairement à sa déclaration, beaucoup estiment que ce manque d’engouement est dû à l’assaut subi par les militaires béninois, devenus la cible des jihadistes au nord Bénin.

« Un peuple debout.
Le Mali a de la chance.
C’est ainsi que un peuple lutte.
Ensemble.
Si le Bénin était à la place du Mali ce n’est pas évident que son peuple sorte.
Le président malien a de la chance.
Quand le pays est en jeu plus d’opposition ni mouvance.
C’est le pays un point c’est tout.
Tanguieta est attaque, on ne trouve pas de candidats pour entrer dans l’armée.
C’est quelle jeunesse ça. », ajouté Bertin Koovi qui persiste et signe qu’il s’agit d’un manque de patriotisme.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer