Bénin

Saca Lafia : « ceux qui veulent tout brûler, seront brûlés les 1ers », la Cour approuve ses propos

L’investigateur 25/11/2020 à 15:37

La cour constitutionnelle a tranché et chacun est désormais fixé. Dans la décision 20-622 du 05 novembre 2020, Joseph Djogbenou et ses collègues ont assuré que Sacca Lafia n’a pas violé la constitution en tenant des propos de guerre lors des législatives de 2019.

Pendant la campagne électorale, alors que les ténors de l’Union progressiste étaient en meeting politique à Parakou, le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique a déclaré : « je veux vous dire ceci, ceux qui promettent de brûler tout seront brûlés les premiers, ceux qui promettent de tout casser auront des fractures multiples car notre pays est un Etat de droit. Le gouvernement à la responsabilité de protéger les citoyens ».

Un citoyen a saisi la Cour constitutionnelle pour faire condamner les propos d’un ministre de la République. Mais le 5 novembre dernier, selon les informations de Banouto, la haute juridiction a donné son verdict qui est d’ailleurs sans appel. Le ministre candidat n’a pas violé la constitution.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : récit d’un proche de Soro sur la rébellion qui a ramené Ouattara au pouvoir

Lors de son audition, le ministre de l’intérieur a fait savoir qu’il a tenu les propos dans un contexte bien précis. En ce moment là, il lui est « revenu des renseignements concordants faisant état de menaces d’actes de violences et de troubles à l’ordre public de la part d’individus non-identifiés mécontents de la non-participation de certains partis politiques aux élections et visant à empêcher la tenue desdites élections ».

Et c’était justement pour dissuader les organisateurs présumés des troubles qu’il avait fait cette déclaration incendiaire. Il a dit également fait savoir aux sages de la cour qu’en tant que candidat, il avait l’obligation de rassurer ses électeurs que tout se passera dans la paix et la quiétude. Raison pour laquelle il était obligé de sortir des propos à la limite désobligeants.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook