Actualité

Sarkozy : prison ferme et 3 750 euros d'amende requis contre lui pour financement illégal de campagne

L’investigateur 18/06/2021 à 06:52

Ce jeudi 17 juin 2021, au procès Bygmalion contre l’ancien président Nicolas Sarkozy, poursuivi pour "financement illégal de campagne électorale", les procureurs ont requis 06 mois de prison ferme contre lui.

En effet, il s’agit pour l’ancien président français Nicolas sarkozy, d’une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis et 3 750 euros d’amende requis, à son encontre devant le tribunal correctionnel de Paris pour les dépenses excessives de sa campagne présidentielle de 2012.

Lire aussi : Bénin : Sévérin Adjovi parle un an après sa condamnation

Au terme du réquisitoire à deux voix, les procureurs ont souligné la "totale désinvolture" de l’ex-chef de l’État dans la gestion des finances d’une campagne "en or massif", qui a coûté près du double du plafond autorisé. Nicolas Sarkozy, absent à l’audience, est jugé depuis le 20 mai au côté de 13 autres prévenus, rapporte TV5MONDE.

En ce qui concerne les 13 autres personnes, des peines allant de dix-huit mois à quatre ans de prison avec sursis ont été requis à leur encontre.

Lire aussi : Equipe nationale : Khaled Adénon réagit après l’élimination, lire son message

"Nicolas Sarkozy ne regrette visiblement rien puisqu’il n’est venu qu’à une seule audience", a soutenu la procureure Vanessa Perrée en dénonçant "la totale désinvolture" de l’ancien président.

"Ce comportement de ne pas se considérer comme un justiciable comme un autre, comme un citoyen parmi les citoyens, est à l’avenant de ce qu’il a été lors de cette campagne présidentielle, se situant hors de la mêlée", a-t-elle poursuivi d’un ton vif.

Lire aussi : Bénin : une proposition à Talon pour sa volonté de se réconcilier avec Yayi. Lire les détails

"Cette désinvolture vis-à-vis (des autres prévenus) et du tribunal est à l’image de la désinvolture dans sa campagne", a -t-elle insisté.

En mars, Nicolas Sarkozy était devenu le premier ex-président de la Ve République à être condamné à de la prison ferme (trois ans dont un ferme), pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite "des écoutes".




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook