Bénin/médias

Sexe-Ortb : les révélations d'un ancien de l'Office qui apporte son soutien à Angela

L’investigateur 3/05/2020 à 17:45

L’Office de Radio et Télévision du Bénin (ORTB) est vraiment au creux de la vague. Il aura sans doute de la peine à soigner son image déjà écornée par les histoires de droit de cuissage, révélées par l’un de ses agents hier. La preuve, à peine on pensait finir avec cette affaire que les soutiens en faveur de la consœur, pleuvent de part et d’autre. Parmi ces soutiens en effet, il y a celui d’un ancien journaliste de la maison, Didier Hubert Madafimè, admis à faire valoir ses droits à la retraite qui a laissé un message que voici sur son mur. Autant de révélations en tout cas, même s’il faut reconnaître que l’Ortb n’est pas le seul office au Bénin dans lequel il y a parfois de pression sur le personnel féminin

Publication de Didier Madafime, journaliste à l’Ortb sur son mur Facebook.

« Angela Kpeija, pour lui emprunter ses propres mots, a mis " les pieds dans les plats". Certaines gorges chaudes de l’intérieur de l’ORTB comme de l’extérieur diront " Angela, elle n’est pas un ange", oui, je vous l’accorde. Mais, si elle est arrivée à ce niveau de saturation, cela veut dire que la coupe, elle est pleine. Et elle est effectivement pleine depuis de longues années. Si les femmes doivent offrir ce qu’elles ont, pour quoi que ce soit, les hommes, quant a eux, doivent avoir leurs bras tout le long de la couture de leurs pantalons et baisser la tête quand les chefs passent pour prétendre à quelque chose. Certains y réussissent parfaitement.

Lire aussi : Bénin : Des techniciens recherchés pour une unité de production au ministère des sports

Et la dégringolade s’est poursuivie depuis que le DG, pour nommer un sous-chef doit aller faire le piquet au ministère. Changer quelque chose à partir de 2016, c’était le sens du combat de certains parmi nous. Pendant que nos réunions à Caboma, après l’élection (la liste je vais la publier très prochainement) devraient se porter sur l’avenir de notre maison, chacun s’est intéressé à son positionnement. Et les autres qui étaient dans l’autre camp se sont vite recyclés, parrains et marraines sont entrés dans le jeu. Le bal des cancres a repris et on a vite replongé. Le cas Deo Gratias Kindoho est là. Si l’actuel DG ne règle pas ce problème sous peu, le dossier sera sur la place publique. Au fait, pour caricaturer, l’ORTB, est à l’image du pays ».
Didier Madafime
Journaliste à l’Ortb




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook