Présidentielle 2021

Talon : Robert Dossou compare son élection à une pièce de théâtre, lire les détails

L’investigateur 16/04/2021 à 17:58

Robert Dossou, ancien président de la Cour constitutionnelle a été reçu sur Africa Radio (BBC Afrique), juste après les grandes tendances de l’élection présidentielle du 11 avril, proclamées par la Commission électorale nationale autonome (CENA). interrogé sur la réélection du président Patrice Talon, l’avocat n’est pas allé par quatre chemins pour dire ce qu’il pense de la compétition.

Pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle Robert Dossou, l’élection du président Patrice Talon fait penser à la pièce théâtrale « Le Verre d’eau ou les Effets et les Causes » de l’écrivain Eugène Scribe. C’est-à-dire une « comédie de cour mettant en scène une reine ravissante mais néanmoins idiote, manipulée par une conseillère autoritaire. Alors que l’Angleterre de la reine Anne Stuart est en guerre contre la France, ce sont les rivalités féminines et les imbroglios amoureux qui causent les effets politiques majeurs… Une pièce amusante, pleine de rebondissements ! », en somme.

Dans sa logique d’une mise en scène parlant de cette élection, l’avocat dira qu’elle est « est programmée et prévisible déjà en 2019 ». Plus est, l’ancien collaborateur du régime défunt ajoute que ceux qui encadrent le régime du nouveau départ, sont très « intelligents ». L’instrument principale qui a contribué à cette élection, c’est la loi, a-t-il complété pour dire que « le jeu est intelligemment mis en place, savamment construit », de sorte à permettre au compétiteur-né de rempiler sans coup férir. Une pièce de théâtre est conçu d’avance a dit Me Robert Dossou qui là-dessus, a déclaré que tous ceux que le régime n’arrive pas à maîtriser ont été accusés de ceci ou de cela. En exemple il cite les cas Sébastien Ajavon, Lionel Zinsou ect,. Tous les votes depuis 2019 sont "gorgés de frustration", a-t-il ajouté.

Faisant le lien avec d’autres affaires en l’occurrence l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, Maître Robert Dossou estime qu’en Afrique, l’injustice créée est souvent camoufler par les propres auteurs. Pour ainsi dire que les acteurs de l’opposition arrêtés dans le cadre de l’élection du 11 avril ne sont pas les causes des violences.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook