Actualité

Talon aux obsèques de Rosine Soglo : ce que pense la famille de l’ancienne première dame

L’investigateur 3/09/2021 à 16:56

Nul doute que le bras de fer entre le président de la République, Patrice Talon et la famille Soglo continue jusqu’au décès de l’ancienne première dame du Bénin, Rosine Solgo. Mais le chef de l’Etat, Patrice Talon sera-t-il aux obsèques de l’ancienne première dame ?

Cette question alimente la polémique et les avis divergent. La volonté de la défunte sous l’effet de la colère autrefois était de ne pas voir le premier magistrat à ses obsèques. Mais cette volonté pourrait ne point recevoir l’assentiment de la famille, après son départ.
La preuve, profitant de la visite des imams conduits par El Hadj Malèhossou au domicile des Soglo à la Haie Vive, l’ancien ministre des sports, Galiou Soglo a, sur la question, semble-t-il, mis un peu d’eau dans son vin.

D’abord, il faut souligner que ce sont les imams qui voulant profiter de leur présence chez les Soglo, ont souhaité qu’il y ait prise de langue entre la famille Soglo et le pouvoir en place dans l’optique d’une éventuelle réconciliation entre les deux camps. Particulièrement, les imams ont voulu que l’ancien président des Requins FC de l’Atlantique fasse table rase du passé pour en désespoir de cause, attendrir ses relations avec ses adversaires politiques.
Et, sur le champ, l’ancien ministre des sports a laissé entendre qu’il n’a pas d’ennemis. « Sachez que j’ai compris votre message. Je sais ce que s’est que la tolérance. Moi je n’ai pas d’ennemi. Il ne m’est d’ailleurs jamais venu à l’esprit d’insulter un adversaire politique…les seules divergences que nous pouvons avoir sont des divergences économiques, sociales, de la société«  ; a souligné Galiou Soglo.
Poursuivant, il admet qu’une démarche de paix envers le régime sera étudiée avec toute la famille. La preuve par rapport à cela, il entend consulter son père et son frère Léhady en exil.
« Si vous me l’avez dit, c’est que vous avez sans doute écouté les volontés de maman Rosine. Elle ne les a jamais cachées. Je le prends pour moi. J’en discuterais avec mon frère Léhady Soglo et le président Nicéphore Soglo qui rentre ce soir à Cotonou«  ; promet-il.

| Lire aussi : Soglo : l’ex-président testé positif au coronavirus à 09 jours des obsèques de son épouse

| Lire aussi : Houndété : première personnalité politique reçue au domicile des Soglo après le retour du père

| Lire aussi : Conseil des ministres : toutes les nominations prononcées ce mercredi

{{}}


Au-delà des humains, comment honorer la mémoire des morts

Pour le ministre Ganiou Soglo, chaque pays a sa sensibilité. Selon lui, dans certains pays, les volontés d’un défunt sont sacrées ; « dans d’autres, elles sont sacrées mais on dit il faut passer au delà« , affirme-t-il bouclant certainement le débat sur la présence de Léhady aux obsèques de sa maman souhaitée par cette dernière avant sa mort, rapporte Bénin Web TV.

Pour étayer sa pensée, il évoque le cas du décès d’un sénateur important du parti républicain, John McCain. « Il avait laissé des volontés à sa famille, comme quoi le président républicain Donald Trump ne vienne pas à ses funérailles. La famille s’est pliée à ses volontés. Mais les Etats-Unis sont les Etats-Unis, le Bénin est le Bénin« , confie-t-il comme pour dire que le président de la République peut venir aux obsèques de Rosine Soglo.

En d’autres termes, on peut déduire de ses propos qu’il a ramollir sa position pour enfin accepter que les adversaires politiques fassent un tour chez les Soglo pour ne serait-ce que signer le cahier de condoléances. Toute chose impossible auparavant selon certaines indiscrétions.
« J’ai pris en compte vos doléances et j’ai compris tout votre amour pour votre pays et pour ma maman et pour notre famille » Comme maman avait l’habitude de le dire au soir de sa vie, que Dieu vous garde«  ; conclut-il.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook