Bénin

Talon : colère des enseignants du supérieur suivie de réaction à sa déclaration sur les professeurs d’université

L’investigateur 22/02/2023 à 19:17

Les grades du CAMES seuls ne suffiront plus pour devenir enseignants du supérieur au Bénin. Le président Patrice Talon a annoncé le vendredi 17 février 2023, qu’il faudra désormais une qualification complémentaire.

Le Chef de l’État a fait cette annonce au cours de la cérémonie d’installation des membres de la Délégation au contrôle et à l’éthique dans l’enseignement supérieur. "Celui qu’on dénomme communément professeur d’université devra être un expert dans sa discipline, et son expertise devra régulièrement être évaluée par d’autres experts de renommée internationale. Il devra savoir transmettre ses connaissances et être d’un professionnalisme irréprochable ; il devra aussi et surtout s’interdire toute relation ou tentative de relation amoureuse avec son apprenant", a confié Patrice Talon.

Le Secrétaire général du Syndicat Autonome de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Synares), Dr Gabin Tchaou a réagi à cette déclaration. "C’est le Bénin qui a signé une convention avec le CAMES depuis 1972. L’évaluation des enseignants du supérieur se passe à l’international. Plus de 50 ans après, on veut faire rétropédalage. C’est une désapprobation totale pour ce qui est de ma part", a-t-il dit à L’Événement Précis.

Lire aussi : Talon : le président adresse un message aux enseignants d’université

Dr Gabin Tchaou demande au président de la République de ne pas suivre les conseils des personnes récalées aux examens du CAMES qui se battent pour leur intérêt. "Il ne faudrait pas que ceux qui tentent et qui échouent parce qu’ils n’ont pas pu travailler correctement, induisent le président de la République en erreur. C’est dangereux …Récemment, vous avez vu que le Bénin a présenté une candidate au poste du Secrétaire général du CAMES. Le CAMES est créé en 1968, ça fait 55ans déjà. Le Bénin a adhéré à la signature de tous les textes depuis 1972. Et depuis 7 ans, les gens s’acharnent autour pensant qu’on va faire des promotions et ils vont gravir les échelons sans pouvoir se présenter".

Le secrétaire général du Synares poursuit : "Pour être un bon enseignant, il faut toujours se déplacer pour aller voir en dehors de ce que vous avez dans vos ouvrages. Venez sur le campus et demandez comment les gens se débrouillent dans les laboratoires. Il faut construire des infrastructures pour les universités, équiper les laboratoires, financer la recherche. Ce que le gouvernement ne fait pas du tout. Que le Chef de l’Etat ne se laisse pas tromper. Il s’agit ici de la formation de la relève. Les enseignants du supérieur sont déjà des experts dans tous les domaines".

Lire aussi : Bénin : une plainte sur le bureau de Talon contre le ministère de l’économie et des finances

Pour le syndicaliste "vous ne pouvez pas accepter faire évaluer quelqu’un à l’international et revenir dire qu’il faut une qualification complémentaire". "Regardez vous-même la composition de la Délégation !", a ajouté Dr Gabin Tchaou. Reste à savoir s’il sera écouté par Patrice Talon.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook