Bénin

Talon, des organisations de la société civile saluent ses efforts pour la lutte contre la corruption

L’investigateur 30/10/2020 à 16:35

A la faveur d’une déclaration rendue publique ce vendredi 30 octobre 2020, des organisations de la société ont décerné un satisfécit au chef de l’Etat, Patrice Talon.

En effet à l’issue d’une séance de concertation sanctionnée par une déclaration, ces organisations de la société civile n’ont pas manqué de saluer les efforts du gouvernement. En particulier ceux de son chef Patrice Talon qui se bat contre un fléau aussi vieux que le monde à savoir : la corruption.
En tout cas, il ne peut en être autrement parce que le programme du candidat Patrice Talon, plus tard président de la République a pour socle, la lutte contre la corruption et les infractions connexes. Le moins qu’on puisse dire est qu’effectivement, ce programme tient sa route à l’avènement de la rupture.

Lire aussi : Déclaration à Parakou : des femmes leaders clament leur neutralité et démontrent le but visé à travers leur combat

Conséquences, beaucoup de cadres ont défilé devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), certains d’entre eux sont mis aux arrêts et d’autres condamnés avec sursis. Ce qui a dépoussiéré les décombres et permis de ressortir des placards, les cadavres d’anciens ministres et cadres de l’administration, obligés de prendre le large.

Pourtant elles demandent d’aller loin

« Tout en saluant les efforts du Gouvernement pour assainir la gestion des finances publiques et renforcer la lutte contre la corruption, nos organisations rappellent que l’installation et le fonctionnement de la Cour des comptes restent un gage de

Lire aussi : Afrique : Aïvo, « Je suis heureux d’aider au retour de la démocratie au Mali »

crédibilité de la gouvernance de l’Etat qui doit se soumettre à la reddition de comptes et à un audit indépendant conforme aux normes afin de mieux informer le citoyen sur l’usage des deniers publics », ont-elle déclaré et puis ; enchaîné : car « Il n’y a pas de bonne gestion des finances publiques sans un contrôle a posteriori efficace dévolu à une juridiction financière indépendante et dotée de pouvoirs et de capacités d’investigation étendus ».

Au demeurant, ces organisations de la société civile n’ont pas marchandé leurs éloges au chantre de la rupture. Elles sont au nombre de 09 y compris l’UPMB. Ce sont : SOCIAL WATCH BENIN, ALCRER, NOUVELLE ETHIQUE, RIFONGA,
FONAC, WANEP, WILDAF, PASCIB et l’UPMB.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook