Bénin

Talon, l'opposition au Chef de l'Etat invitée à boycotter les prochaines législatives

Rollis HOUESSOU 17/03/2022 à 19:38

Comme l’ancien ministre Candide Azannaï, le politologue Richard Boni Ouorou a invité l’opposition béninoise à boycotter les élections législatives du 08 janvier 2023. C’est lors d’un entretien accordé à RBM qu’il a fait cette proposition à l’opposition.

Le politologue béninois Richard Boni Ouorou invite les partis politiques de l’opposition à ne pas prendre part aux élections législatives prochaines. Pour lui, on ne participe pas à une élection dont on ne maîtrise pas les rouages. "Ils (les opposants) acceptent d’être à une élection où ils ne maîtrisent rien. Ils ne maîtrisent aucune institution. Ils n’ont même pas été présents lors de la formulation des lois qui ont permis de mettre en place les institutions. Ils n’ont participé à aucune désignation… mais veulent participer à une élection dont tout les contours leur échappe", a expliqué le consultant international.

| Lire aussi : Criet : de lourdes peines en vue pour les mis en cause dans « Ortb gate », les raisons

Richard Boni Ouorou ignore l’utilité de la participation de l’opposition à ces législatives, car dit-il, une dizaine de personnalités de l’opposition à qui on permettra d’aller à l’Assemblée nationale ne pourra pas faire le poids au sein du parlement." Patrice Talon dans son ambition permettra peut-être à 5 ou 10 personnes d’aller à l’Assemblée nationale. Mais ces personnes ne pourront pas constituer un quorum pour peser sur le débat national. Moi, je serai l’opposition, que je ne participerait pas à l’élection législative de 2023. Parce que participer à une élection législative en 2023, poursuit-il, c’est aller juste servir de complément d’effectif à l’Assemblée nationale", propose-t-il.

| Lire aussi : Talon : Luc Gnacadja lui fait une proposition après le vote d’une loi au parlement

En clair, il serait sage pour l’opposition de ne pas participer à cette joute électorale " afin de permettre au président Patrice Talon de renvoyer encore sa liste à l’Assemblée nationale pour que l’opinion nationale et internationale voit carrément que nous nous sommes déclarés dans une dictature", suggère Richard Boni Ouorou.

| Lire aussi : Qatar 2022 : liste et nationalité des arbitres retenus pour les matches de barrages en Afrique

Rappelons que depuis l’avènement du président Patrice Talon, l’opposition Béninoise radicale n’a pas encore eu la chance de participer aux différentes élections. Par exemple, pour les législatives de 2019, les communales de 2020 et la présidentielle d’avril 2021, elle dit avoir été écartée. Une thèse battue en brèche par la mouvance qui estime qu’il s’était plutôt agi d’une fuite en avant.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer