Bénin

Théophile Djaho : le policier auteur du tir sur l’étudiant en 2020 sur le campus activement recherché

Rollis HOUESSOU 9/07/2022 à 17:20

Il y a eu rebondissement dans l’affaire dite « affaire Théophile Djaho », l’étudiant tué par balles réelles sur le campus d’Abomey-Calavi lors d’une manifestation en mars 2020. Après deux recours de deux citoyens qui réclament justice, la Cour constitutionnelle s’est prononcée et s’est penchée sur le dossier le 10 juin dernier.

Les sieurs Edmond Médjigbodo et Armel Hounmè ont adressé deux recours à la cour constitutionnelle, l’un contre le Directeur général de la police Républicaine pour violation de la constitution et l’autre, pour violation du droit à la vie. En effet, le sieur Edmond Médjigbodo accuse le DGPR et ses éléments d’avoir délibérément tiré à balles réelles, sur l’étudiant Théophile Adjaho lors de la manifestation. Sinon, indique-t-il, comment comprendre que le rapport médico-légal et le certificat médical du dossier puissent notifier clairement que la victime était décédé des suites d’une hémorragie interne consécutive à une blessure par balle réelle dans sa poitrine ? Répliquant au DGPR qui soutient qu’il s’agissait juste des tirs de semonce, le requérant a déclaré qu’il s’agit d’une atteinte délibérée au droit à la vie de l’étudiant Théophile Djaho puisque pour lui, un tir de semonce, est toujours dirigé vers le ciel et donc ne peut en aucun cas, abattre un individu.

| Lire aussi : Bénin : un fonctionnaire escroc d’une préfecture se faisant passer pour ‘’Mario Mètonou’’ interpellé

Banouto renseigne que le DGPR s’expliquant sur le dossier, a indiqué que le détachement de la police qui était intervenu le 24 mars 2020, a été installé sur le campus à la demande du rectorat.
Cependant, l’objectif de cette intervention n’était pas celui de tuer un étudiant mais plutôt de rétablir la sécurité. Mais il est arrivé que dans cette mission, ses éléments ont voulu intimider avec des tirs de semonce, les étudiants qui troublaient l’ordre lors de la manifestation. Car, indique Soumaïla Yaya, les forces de l’ordre ont été pris à partie, débordées et encerclées. Et, c’est certainement en faisant ces tirs de semonce que l’étudiant Théophile Adjaho serait atteint mortellement.

Après avoir écouté les différentes parties, la haute juridiction a indiqué qu’elle attend la décision d’une juridiction compétente saisie pour rechercher l’auteur du tir et de l’agissement afin d’établir le rapport de cause à effet entre cet agissement et le décès de l’étudiant. Et c’est cette mission qui a été confiée à une autre juridiction qui travaille déjà sur le dossier, assurent les sept sages de la Cour.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook