Actualité

Toboula sur la libération des espaces publics : " si c’est à reprendre, je le ferai encore sourire aux lèvres...", lire les détails

L’investigateur 29/05/2022 à 15:45

Outre les conséquences de la guerre en Ukraine et la pandémie du coronavirus citées comme causes de la cherté de la vie au Bénin, le sujet lié au déguerpissement des occupants des rues à Cotonou n’est guère occulté. L’ancien préfet du Littoral, Modeste Toboula apostrophé par le politologue Richard Boni Ouorou lors d’une sortie médiatique, trouve plutôt que c’était nécessaire pour libérer Cotonou des emprises de la domination des occupants illégaux des espaces publics.

Cotonou se modernise et des Béninois en parlent. Mais pour y arriver on a dû casser des œufs pour avoir des omlettes. Des entrailles des casses des boutiques des occupants des espaces publics, sont sorties des embelies d’une ville en pleine reconstruction. Plus le sujet passionné et les régimistes qui en parlent avec fierté, moins les opposants expriment leur amertume parce qu’ils estiment que la misère qui frappe de plein fouet la grande masse en a tiré sa substance. Pour certains dont Richard Boni, la cherté de la vie au Bénin tire sa source par ailleurs de ce déguerpissement dit sauvage". Sans ménagement, il a doigté l’ancien préfet du Littoral, Modeste Toboula qui a conduit à Cotonou, les réformes des casses des boutiques. Une interpellation de l’ancien préfet qui n’a pas attendu avant de répliquer. Pour Modeste Toboula, "l’opération de libération des espaces publics a été la césarienne qui a déjà enfanté la promotion de l’économie locale et a engendré de lourds investissements que jamais dans ce pays en moins d’un quinquennat aucun Gouvernement n’a réalisé". Plus loin il.dira, "... si c’est à reprendre je le ferez encore sourire aux lèvres dans le fond...", a posté l’ancien syndicaliste sur sa page Facebook. Cette sortie n’a pas manqué de réaction de la part des internautes.

| Lire aussi : Talon : son gouvernement n’a prévu aucune solution pour resoudre le problème lié à la cherté, prédit Richard Boni

Mais très certain de son développement, Modeste Toboula invite Richard Boni à un débat contradictoire sur une chaîne virtuelle .




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer