Actualité

Tortues marines, les acteurs de la société civile s’unissent pour leur protection en Afrique de l’Ouest et du Centre

L’investigateur 16/11/2020 à 16:22

De graves menaces planent sur les tortues marines en Afrique. En dépit des efforts épars d’organisations de la société civile, la tendance ne s’est guère inversée. C’est pour unir davantage leurs forces, repenser la lutte et mettre sur pied une coordination régionale que ces organisations se sont retrouvées du 09 au 13 novembre à l’hôtel BKBG à Baguida en banlieue est de Lomé pour se pencher sur la question.

Les dernières informations qui proviennent de l’IUCN( l’Union International pour la Conservation de la Nature) concernant les tortues marines ne sont pas rassurantes. L’espèce est passée de la catégorie de « vulnérable » à « en danger critique d’extinction ».

Lire aussi : Football : Bénin, les condoléances de la Fbf à la famille de Floriane Afoutou, ex-présidente de la commission football féminin

Cette menace est prise au sérieux par les organisations de la société civile de l’Afrique de l’ouest et du central qui essayaient d’œuvrer à la protection de l’espèce de façon isolée. Ainsi, les organisations réunies au sein du RASTOMA pour l’ Afrique centrale et du WASTCON pour l’Afrique de l’ouest ont décidé d’unir leurs efforts pour intensifier la lutte pour la préservation de l’espèce. La rencontre de Lomé vise donc à renforcer la dynamique collaboratrice de la société civile sur la problématique de la conservation des tortues marines en Afrique de l’ouest et du centre.

Des espèces en voie de disparition

L’initiative a été organisée par le Rastoma avec l’appui du le Programme des Petites Initiatives(PPI) géré par le comité français de l’IUCN et l’IUCN-PACO. Il rassemble trente trois(33) participants venus d’une dizaine de pays. Au bout des 4 jours de travaux, les participants ont réussi à amender et adopter des statuts pour leur organisation commune. Ils l’ont aussi doter d’un plan de travail et d’un plan stratégique. M. Mensah Akomedi, membre du comité ad hoc du Wastcon dont le pays a abrité les travaux s’est réjoui des décisions sorties de ce congrès qui, selon lui, contribueront de manière qualitative à une politique de protection intégrée et globale des tortues marines sur les côtes de l’Atlantique, de Dakar à Whindok.

Lire aussi : Afrique : Mali, les images de l’hommage à Amadou Toumani Touré sur le boulevard de l’indépendance

A l’issue des travaux, les participants ont mis sur pied un bureau exécutif composé de sept(07) membres. Le président s’appelle Diaby Tidiane de la fondation pour l’environnement qui vient de la Côte d’Ivoire. Son vice président est Solomon Yaw Kenyenso du Ghana. Le secrétaire général est Henry Raynus du Nigéria. Le trésorier général est Maixent Ogou du Bénin. Son adjoint est Koné N’fa Amara de la Côte d’Ivoire. Le responsable à la communication est Mensah Akomedi du Togo et le conseiller est Joséa Dossou Bodjrènou . Ce bureau élu pour un mandat de trois ans a six points focaux dans six pays et 2 commissaires aux comptes venus du Togo et du Libéria.
M. Z.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook