Actualité

Turquie : 10 ambassadeurs dont le français menacés d’expulsion par le régime en place

L’investigateur 21/10/2021 à 15:53

Les ambassadeurs des pays tels que la France, l’Allemagne les Etats-Unis ect, après un appel à la libération de l’opposant Osman Kavala, lancé lundi sont dans le collimateur du président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Par le truchement d’un communiqué publié lundi, dix pays occidentaux ont appelé à un « règlement juste et rapide de l’affaire » Osman Kavala, éditeur et mécène turc devenu une menace pour le régime turc. En prison depuis quatre ans sans jugement, l’opposant Osman Kavala est la pomme de discorde entre l’Etat turc et les pays qui ont donné de la voix pour que justice lui soit rendue. « Le retard persistant [pris par] son procès (…) jette une ombre sur le respect de la démocratie, de l’État de droit et de la transparence du système judiciaire turc », ont écrit les 10 pays.

| Lire aussi : Bénin : les députés boycottent l’appel des évêques et adoptent la loi sur l’avortement

Et, pour répondre à leur appel, le président Recep Tayyip Erdogan a menacé d’expulser leurs ambassadeurs de la Turquie
« J’ai dit à notre ministère des Affaires étrangères que nous ne pouvons pas nous permettre de les accueillir dans notre pays. Est-ce votre devoir de donner une leçon à la Turquie ? », a déclaré Recep Tayyip Erdogan, dans des propos rapportés par des locaux. « La République de Turquie est un État de droit démocratique. Il est inacceptable que des ambassadeurs fassent des recommandations et des suggestions à la magistrature dans le cadre d’une affaire en cours », a réagi sur Twitter le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu.

| Lire aussi : Dantokpa : ce qu’il faut savoir du véhicule qui a pris feu hier sur le pont du marché

A la prison de Silivri, l’opposant Osman Kavala, 64 ans et homme d’affaires ronge son frein. Victime d’une injustice, il n’a jamais été jugé. Le 18 février 2020, Kavala et d’autres figures de la société civile turque ont été acquittés des charges de « tentative de renversement du gouvernement », parce qu’ils ont soutenu les manifestations du parc Gezi, à Istanbul, en 2013, informe BWT.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook