Bénin

UAC : le ministre Séïdou défié après sa décision d’interdiction d’ouverture de camp pour former des ‘’étudiants soldats’’

Rollis HOUESSOU 22/07/2022 à 20:19

À la faveur d’un communiqué radiodiffusé, le jeudi 21 juillet 2021, le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Alasane Séïdou a interdit l’ouverture des camps d’entraînement dont la finalité est de former des ‘’étudiants soldats’’ à l’université d’Abomey-Calavi. 24 heures après son communiqué, on note une hausse de ton dans le rang des étudiants, en l’occurrence de l’activiste Habib Ahandessi qui voit plutôt derrière sa mesure, d’autres intentions.

L’ancien Président de l’UNSEB Habib Ahandessi n’est pas d’accord avec la décision du gouvernement qui interdit l’ouverture des milices, organisées en « garde fédérale », « brigade rouge », « code » etc. Il l’a martelé à travers une publication sur sa page facebook. Pour lui, « Le ministre de l’intérieur se mélange les pédales. Son message est vide et non situé. On sait qui est qui et qui fait quoi. Monsieur le ministre, vous savez bien ceux qui font violence sur les étudiants et ceux qui luttent pour les meilleurs conditions de vie et d’étude », a-t-il écrit.

| Lire aussi : Bénin : dates et moments-clés à retenir du procès des accusés condamnés dans ‘’l’affaire vol de millions FCFA à la Bef’’

Il a indiqué que « Ceux qui disent que c’est une bonne décision ont peut-être raison mais il y a beaucoup de plans contre le mouvement étudiant cachés derrière cette décision que vous ne voyez pas. Je suis un averti », assure-t-il avant d’ajouter, « Ça ne passera pas en tout cas, pour ce qui concerne l’organisation à laquelle j’appartiens, cette décision est vide et sans effet ». Une chose est sûre selon l’ancien étudiant Habib Ahandessi, « La brigade rouge de L’UNSEB ne disparaîtra JAMAIS. Cette décision est de nul effet et si j’étais le P/UNSEB, je fais sortir la brigade aujourd’hui même ».

| Lire aussi : Médiation de la Cedeao : Boni Yayi s’est envolé pour la Guinée en compagnie de Théodore Holo

Rappelons que cette décision du ministre est sous-tendue par des actes indélicats et des violences observées sur le campus.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook