Bénin

UDBN : 05 fautes majeures ont motivé le départ de Sylvie de Chacus

Bénédicte BANKOLE 28/07/2021 à 15:08

On en sait un peu plus sur les raisons pour lesquelles Sylvie de Chacus à été déchargée de ses fonctions de présidente à la tête de l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN). Dans une interview accordée à Eden Tv, le porte-parole du parti Jules Léandre Kiti a donné les raisons qui ont motivé son départ.

Sylvie de Chacus a été déchargée de ses fonctions de présidente de l’UDBN à l’issue d’une réunion de crise du parti qui a eu lieu le week-end écoulé. Selon Jules Léandre Kiti, par ailleurs Chef de la cellule de communication de l’UDBN, il y a eu un « forcing » qu’il fallait arrêter.

Lire aussi : Bénin : 02 policiers accusés d’être à l’origine de la mort d’un jeune homme à Pahou

A en croire Jules Léandre Kiti, la présidente déchue a posé des actes dans le dos des instances du parti. Des agissements qui violent les textes de la formation politique. Il ajoute aussi que Sylvie de Chacus, nouvellement désignée présidente, devrait attendre le retour de la présidente d’honneur Claudine Prudencio, qui entre-temps est allée se faire soigner, avant de poser certaines actions. Mais ça n’a pas été le cas, car les rencontres de prise de contact avec les différentes structures ont été tenues sans avis des instances. Pour conclure le porte-parole affirme : ‘’ Pendant que la présidente d’honneur était hors du pays, sans en informer le vice-président d’honneur et les autres instances, il y a eu des contacts qui ont été pris avec les coordonnateurs départementaux et communaux. Avant cela, c’est une réunion de prise de contact qui a été initiée par la présidente du parti. On y est allé, mais arrivé là, on découvre qu’il y a des intrus, des gens qui n’étaient même pas du parti. Et les sujets qui ont été abordés n’étaient pas des sujets qu’on aborde dans une rencontre de prise de contact’’. Il faut noter que pour le moment, le parti est géré par un comité transitoire en attendant de résoudre cette crise artificielle.

Lire aussi : PRD : le parti de Houngbédji a installé ses structures de base dans 03 localité week-end écoulé

En gros, on constate qu’il y a eu cinq (05) fautes majeures commises et qui ont contribué à la chute de l’ex-présidente. En un elle s’est donnée des airs ; 2- une gestion solitaire ; 3- la violation des textes du parti ; 4- la cooptation de nouveau membres sans l’avis des instances et (05) le putsch déguisé en ce qui concerne le contact pris avec des coordonateurs sans raison valable.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook