Bénin

Violences préélectorales : ils auraient quitté le Bénin clandestinement après l’entame des enquêtes judiciaires

L’investigateur 24/04/2021 à 12:18

Chiffrés à plusieurs milliards FCFA, selon les autorités béninoises, les dégâts matériels enregistrés dans le cadre des violences préélectorales sont énormes. Contrairement à cela, des acteurs politiques béninois, visés par les enquêtes judiciaires, ont quitté clandestinement le pays, selon certaines indiscrétions.

La liste n’est pas exhaustive mais selon les informations de l’Investigateur, le premier vice-président du parti, Les Démocrates, aurait pris la tangente. L’ancien député Nourénou Atchadé ne serait plus au Bénin. Est-ce qu’il a reçu une convocation après les violences préélectorales ? Difficile de le dire. Seulement avant les élections, il était convoqué chez Mario Mètonou, procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). C’était le 22 février 2021 où à sa sortie, l’intéressé lui-même avait affirmé qu’on lui reproche « d’avoir encaissé 50 millions » qui serviraient à recruter des badauds pour saboter le processus électoral. Il y a-t-il eu de rebondissement ? Nul ne peut le dire sauf la justice.

Sur la liste des acteurs politiques ayant quitté clandestinement le Bénin, il y aurait également l’ancien directeur de cabinet à la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), Yacouba Bio Sawé. Candidat recalé à l’élection du dimanche 11 avril 2021 malgré la sanction de son parti, Les Démocrates, Yacouba Bio Sawé aurait lui aussi, quitté clandestinement le pays.

Tout comme Yacoubou Bio Sawé, ancien membre des Démocrates, l’ancienne députée Ammissétou Affo Djobo, présidente du Groupe National de Contact (GNC) a donné son dos aux autorités judiciaires de son pays. Convoquée le mercredi 07 avril 2021 par la brigade criminelle où elle devrait se présenter à Agblangandan, l’ancienne militante du Mouvement ABT, a franchi les frontières béninoises, selon les informations pour regagner le Togo.

Lire aussi : Bénin : Talon reçoit à nouveau la mission d’observation de la CEDEAO à la Marina

Julia Akpaki, Secrétaire adjointe aux affaires féminines et sociales du parti, Les Démocrates, a elle aussi fui. Selon les informations, celle qui est souvent aux côtés de l’ancienne députée, Amissétou Affo Djobo dans le cadre des travaux du GNC est partie clandestinement du Bénin. Dès lors que les enquêtes liées aux violences préélectorales ont commencé. Se reproche-t-elle quelque chose ? Difficile de le dire.

Sur cette liste, il y a d’autres noms tels que Kokodé T. Nadin et bien d‘autres cités. Visés par des enquêtes judiciaires, ils ont préféré la fuite contrairement à certains comme Joseph Tamègnon ancien directeur général de la Sogéma, les anciens ministres Jean Alexandre Hountondji ou Ali Houdou qui ont été pris.

Certains évoquent par ailleurs, le nom de Maître Sadikou Alao, mais l’avocat octogénaire a démenti l’information en début de semaine écoulée et a laissé entendre qu’il a quitté le Bénin des mois avant l’éclatement des violences préélectorales.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook