Bénin / Covid-19 / Gestion des clubs

Affamés, les joueurs de l’UPI-ONM lancent un cri de détresse à l'endroit de Glèlè

Judicaël C. GBETO 1er/06/2020 à 11:21

C’est par la voix du capitaine du club universitaire, Martins Friday, que les joueurs « débordés, fâchés et affamés » de l’UPI-ONM ont envoyé un signal de détresse à leur président, Valère Kakaï Glèlè.

Pour 3 mois de salaire dû, ajouté à des propos peu médiateurs, la tension est montée entre joueurs et dirigeants de l’UPI-ONM. Tout aurait commencé par la situation relative aux mois de salaires non payés, mais les choses ont rapidement pris une autre tournure lorsque le Président aurait dit au capitaine des mots pas forcément tendres. « Le Président Glèlè m’a dit qu’il n’a pas le moindre kopeck à nous donner, ni aujourd’hui ni demain », a confié Martins Friday à la presse.
Dans une interview accordée à la presse, le capitaine et renard de surface de l’UPI-ONM, Martins Friday a laissé entendre que les choses piétinent dans cette maison sportive. Selon lui, qui aurait plusieurs fois contacté le Président de ce club béninois, Valère Kakaï Glèlè, les joueurs souffrent le martyr. L’homme devrait à ses athlètes, 3 mois et demi de salaire. « Vraiment, nous sommes épuisés et fatigués de la maltraitance que nous subissons depuis février à UPI-ONM. Le président Valère Kakaï Glèlè nous doit au moins trois mois et demi de salaire », affirme-t-il.

Lire aussi : Commune de Ouidah  : les raisons du choix de l’actuel maire, Christian Houétchénou

Et dans le même temps, il ne veut pas venir en aide à ces pères de famille (joueurs du club) en ce moment où sévit la pandémie à Coronavirus. Ce n’est plus à rappeler que c’est à cause de cette crise sanitaire planétaire que les championnats ont été arrêtés. C’est vrai que dans plusieurs clubs, des solutions palliatives ont été trouvées afin de passer cette période très sensible avec succès. Mais apparemment ce n’est pas le cas à l’UPI-ONM. Ce qui a conduit à une réunion entre ces « mécontents » samedi 30 mai dernier à Calavi. « Et avec les autres leaders du vestiaire, nous avons organisé une réunion entre nous joueurs pour passer à la vitesse supérieure. Au sortir de cette réunion, nous joueurs de UPI-ONM demandons à la Fédération Béninoise de Football et à la Ligue de Football de ne plus remettre le gros lot du fonds de solidarité à notre Président Valère Kakaï Glèlè. Nous voulons que la FBF garde cet argent et en bon père de famille, le Président du comité exécutif de notre fédération va s’occuper du dossier et du dispashing de l’argent », a-t-il désespérément conclu. Vivement que la paix revienne dans cette famille sportive dirigée par un grand férus du sport roi.



Sport


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook