Bénin

Ajavon : selon son avocat, la suspension du Bénin par l’Ofpra n’est pas sa victoire sur Talon

L’investigateur 12/10/2020 à 20:00

Contacté au lendemain de la suspension du Bénin par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides le mercredi 06 octobre 2020, l’avocat de Sébastien Ajavon, Issiaka Moustapha a estimé que cette décision n’est nullement la victoire de son client sur le régime en place. Mais plutôt, l’expression la plus profonde violation des droits humains au Bénin. « Il ne s’agit pas d’une victoire de Ajavon sur Talon ». Cela dit, il prend le contrepied de certains opposants au pouvoir de la rupture. Ces derniers en effet, disent que le Bénin a essuyé un revers à travers une annonce de son déclassement fait par l’Ofpra. Justement et par coïncidence, au lendemain d’un rapport remis au président de la République Patrice Talon par la Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH) qui y a démontré que tout est rose en la matière.

Lire aussi : Drame  : plus de 800 motos consumées après un incendie au quartier Jéricho à Cotonou

Toutefois, Maître Issiaka les rejoindra puisqu’il confirme que les droits de l’homme au Bénin, sont violés. Pour cela, il fait un plaidoyer pour leur respect et invite les autorités béninoises à revoir leur copie. Très péremptoire, il signe que les droits de son client, Sébastien Ajavon ont été violés au Bénin. Pour lui, "on ne peut se réfugier derrière un quelconque développement pour violer les droits des Béninois". Ce que le Bénin a de plus cher, c’est sa démocratie, dira-t-il.
Rappelons que son client a saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), qui a rendu une décision en sa faveur le 17 avril 2020, estimant que ses droits ont été violés en ce qui concerne l’organisation des communales sans son parti politique USL. Mais jamais, cette décision de l’instance basée à Arusha en Tanzanie ne sera respectée.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook