Bénin

Attribution de fréquence Radio : les populations de Gogounou crient leur ras-le-bol et préviennent la HAAC

L’investigateur 18/02/2021 à 09:29

Le monde des médias n’est pas exempt des manœuvres dolosives visant à tuer dans l’œuf les initiatives communes de développement. Le cas de la radio Maroowo Fm de Gogounou est un exemple illustratif.

Lire aussi : Madougou  : la candidate des Démocrates saisit la Cour constitutionnelle

Alors qu’elle était partie pour être une radio communautaire, grande a été la surprise des populations de se rendre compte qu’après la publication par la Haac, de la liste des 54 radios présélectionnées, que Maroowo Fm de Gogounou s’est vu attribué un statu de radio privée non commerciale. Ce qui naturellement laisse penser à un deal dans le dos de la population qui a largement contribué par des apports financiers et autres, à la création de cette radio détournée de ses objectifs premiers.

En effet, dans la plupart des cas, l’enregistrement des radios communautaires se fait par les associations, les populations, les personnes ressources et même l’apport des autorités communales. Ce qui a été le cas pour Maroowo Fm de Gogounou où les populations ont mis la main à la poche. La diaspora béninoise de la commune de Gogounou n’est pas restée éloignée de cette œuvre de solidarité au profit de la cause du développement. Par la même occasion, le fonds Fadec a été mis à contribution pour donner à ce canal d’information, son statut de radio communautaire.

Lire aussi : Cana  : un oiseau nocturne se transforme en une vieille dame (image)

Mais à la constitution des dossiers, il s’est fait que toutes les associations de la commune n’ont pas une existence légales. Un véritable casse-tête pour l’initiateur et promoteur, l’ancien maire de Gogounou, devenu député, GOUNOU Sanni. Il fallait se rabattre sur UCOPER, la seule association à avoir une existence juridique. Alors le premier dossier a été monté avec les documents de UCOPER qui portait le nom de radio communautaire. Mais chose curieuse, ce statut de la radio communautaire Maroowo Fm de Gogounou a été changé en radio privée non commerciale à l’insu du promoteur élu par la suite député et même sans large consultation de la population par les sieurs Démon Maré et Bani Yéro qui en ont fait leur propriété privée et, cette fois-ci, avec les documents de ANOPER. Ce qui visiblement apparaît comme un abus de confiance, faux et usage de faux et détournement de bien public dans ce dossier d’enregistrement et d’attribution de fréquence radio par la Haac.

Lire aussi : Conseil des ministres : les grandes décisions de ce mercredi 17 février

Actuellement, la colère des populations de Gogounou est vive pour avoir vu leur héritage commun braqué et frauduleusement pris en otage sans autre forme de procès. Elles en appellent donc à l’arbitrage de la Haac afin que le droit soit dit et que l’injustice soit corrigée. Pour ces populations inconsolables qui ont les yeux rougis, rien ne peut expliquer le fait que Maroowo Fm de Gogounou porte le statut d’une radio commerciale privée. Parce que mise sous gestion privée, la radio Gogounou végète aujourd’hui dans un dysfonctionnement qui ne dit pas son nom. Les investissements colossaux opérés, fruit du sacrifice des populations sont encore loin de servir une utilité publique. De quoi provoquer une levée de boucliers générale que la Haac pourra apporter une solution apaisée.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook