Education

Bénin : 178 doctorants de l'université d'Abomey-Calavi menacent de saisir la CRIET

L’investigateur 20/05/2020 à 08:42

Les recherches d’une frange de doctorants à l’université d’Abomey-Calavi sont en pointillés... La faute au présumé détournement des frais qui devraient servir à cette fin. Conséquence, tellement ils ont fait la moue, puis décidé enfin d’adresser une correspondance au Recteur Maxime da Cruz.

Le collectif des doctorants dont les frais alloués aux recherches à l’université d’Abomey-Calavi, auraient été détournés, menacent d’aller de manière forte aux fins de se faire entendre. La preuve, ils ont adressé une correspondance au recteur Maxime da Cruz, mais souhaitent en plus saisir la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Lire aussi : Criet  : le point de vue de Me Salami sur la création de cette Cour spéciale

178 doctorants de la période allant de 2012 à 2017, sont mécontents de la gestion faite des fonds à eux destinés dans le cadre de leurs activités de recherches. Dans le courrier adressé au recteur, rapporte bwt, ils rappellent que les frais réclamés sont prévus par divers arrêtés. « C’est d’ailleurs la seule ligne destinée à amortir les charges directes des activités de recherche proprement dites (les collectes de données, les analyses de laboratoire, les frais de publication d’articles, les frais de participation aux manifestations scientifiques, les achats d’ouvrages, de consommables de laboratoire, etc.) », dénoncent-ils.
Mais contre mauvaise fortune, ile ne feront que bon cœur. Car, « … malheureusement, ces frais n’ont jamais été officiellement payés à aucun doctorant depuis l’année 2012, mais officieusement, oui. Aussi, à ce jour, tous les doctorants allocataires des promotions 2012 à 2016 ont bouclé leurs recherches sur préfinancement depuis 2 ans et ont soutenu à quelques exceptions près. Les activités de recherche ont dû être financées sur fonds propres des doctorants ou de leur directeur de thèse et parfois sur les ressources de leur laboratoire ou unité de recherche », informe le collectif.

Lire aussi : Bénin : le ministre de la justice Séverin Quenum lève un doute sur la Criet

Contre vents et marrées, ils veulent forcer afin d’entrer en possession des fonds. Pour s’en convaincre, la lettre en date du 13 mai 2020 est pour ce collectif, un dernier avertissement. Sinon qu’ils sont prêts à saisir la CRIET. « Dans l’intérêt de tous, nous mettons en demeure le Rectorat de procéder au paiement des frais de laboratoires aux réels bénéficiaires dans les prochains jours. Au cas échéant, le collectif se réserve le droit d’engager une poursuite judiciaire en saisissant en urgence la Cour de Répression des Infrastructures et du Terrorisme (Criet) par exploit d’Huissier », a fait savoir le collectif.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook