Actualité

Bénin : Kemi Seba réagit à la condamnation de Aïvo et Madougou, tacle le président de la République

L’investigateur 13/12/2021 à 12:21

Les lundi 06 et vendredi 10 décembre 2021, la Cour des répressions des infractions économiques et du Terrorisme (CRIET) a condamné les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou respectivement à diverses peines de réclusion criminelle. Des sentences qui ont provoqué la colère du Panafricaniste franco-béninois, Kemi Seba.

Le président de l’ONG Urgences Panafricanistes Kemi Seba a exprimé sa désapprobation après la condamnation des opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou. Pour lui, il est inimaginable que pour des désaccords, on emprisonne des opposants au lieu de les battre sur le terrain des idées. " Il y a des problèmes dans nos pays dont nous devons parler. Tant que la liberté d’expression sera toujours réduite, jamais nos populations ne pourront avancer. Ce que je dis, je le dis pour tous nos pays, y compris le mien. Dans mon pays, le président Patrice Talon vient de faire incarcérer un opposant qui se nomme Joël Aïvo à 10 ans. Je n’ai pas d’accointance idéologique ou politique avec ce dernier, mais je ne peux pas comprendre que pour des désaccords, on jette au cachot quelqu’un au lieu de le battre sur le terrain des idées (…) », a expliqué Kemi Seba.

| Lire aussi : Adjaka  : la toile en feu, une vieille publication anecdotique de l’ex-Pdt de l’Unamab en cause

Rappelons que c’était lors d’une cérémonie au cours de laquelle le Panafricaniste a été élu leader d’opinion du panafricanisme dans la catégorie homme. Au cours de la cérémonie, Kemi Seba a prié les organisateurs de garder au chaud le trophée et de le lui remettre quand le néocolonialisme sous toutes ses formes, sera vaincu.

| Lire aussi : Criet  : des députés de la mouvance cités dans une tractation de plusieurs millions

Outre Joël Aïvo, il y a également Réckya Madougou, les deux opposants dont parle Kemi Seba. Ils ont été condamnés l’un pour « atteinte à la sûreté de l’Etat et blanchiment de capitaux », et l’autre pour « complicité d’actes terroristes et financement du terrorisme ».

Rollis Houessou



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook