Divers

Bénin : Olga, une prostituée répond en interview au prefet Alain Orounla

L’investigateur 8/11/2021 à 07:49

La traque du préfet du Littoral, Alain Orounla contre les filles de joie continue de susciter assez de commentaires. Pour une première fois, une de ses travailleuses du sexe s’est prononcée sur le sujet. Elle déplore la méthode du prefet et trouve que cela ne pourrait résoudre le problème.

Nul doute encore que le prefet du Littoral, Alain Orounla est décidé dans son combat d’assainissement, à faire fermer les maisons closes à Cotonou et environs. Mieux, il a traité les travailleuses du sexe de " mauvaises herbes" ou de "génocidaires". Propos jugés outrageants par l’une des concernées, au micro de Frissons Radio. Pour cette dernière, la nommée Olga, la méthode du préfet n’est pas la meilleure. " Les travailleuses du sexe ne sont pas des mauvaises herbes, ni des génocidaires", a répliqué Olga.

| Lire aussi : Fermeture des maisons closes : une contre-attaque lancée contre Orounla pour son zèle

Elle semble abonder dans le même sens que l’auteure du livre ",Bris de silence", Angela Kpeidja qui à propos du sujet, a publié un texte sur sa page Facebook le 06 novembre dernier. Pour la journaliste, les travailleuses du sexe participent à l’équilibre de la société. "Ce sont elles qui satisfassent les veufs, les Célibataires, ceux qui évitent de commettre le viol ou même les mariés dont les épouses sont en état de grossesses, a déclaré Olga".

| Lire aussi : Impôts au Bénin : ultimatum de Luc Atrokpo et Nicolas Yênoussi aux populations de Cotonou

Rappelons qu’à plusieurs reprises, le préfet du Littoral est descendu dans les maisons pour soit embarquer des filles de joie ou soit faire fermer ces maisons qui abritent des prostituées.



Divers


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook