Présidentielle 2021

Bénin : Yayi pris de court par le timing et le contexte dans son appel à la nation ?

L’investigateur 9/02/2021 à 18:01

Dans un message posté ce mardi 09 février 2021 sur sa page facebook, l’ancien chef de l’Etat, Boni Yayi a lancé un appel au dialogue pour un consensus assorti des élections inclusives.

Intitulé « Mon Appel au peuple pour le Dialogue et le consensus dans la gestion des affaires de notre Cité Commune », l’ancien président Boni Yayi s’est adressé à la nation en générale et aux acteurs politiques en particulier. Ceci, à quelques jours des élections présidentielles. Seulement, si à l’ancien président, on peut prêter la bonne intention, il n’en demeure pas moins que le contexte et le timing font défaut. Un dialogue avec autant d’acteurs qui viendront dans leur volonté de faire durer le suspens ? Pour quel but ?

Lire aussi : Aïvo  : le candidat aux élections d’avril, affecté par le décès d’un proche

Il n’est pas superflus de rappeler que le parti de l’opposition, Les Démocrates en l’occurrence, proches de l’ancien président de la Banque ouest-africaine de Développement (BAD), n’a de cesse de clamer le respect des décisions de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des peuples (CADPH). Lesquelles décisions invitent le Bénin à mettre sous éteignoir, la nouvelle constitution de 2019.
Or, dans le camp d’en face, on suppose que la volonté des opposants est motivée par une ruse dont la finalité est de jouer les prolongations, aux fins de pousser le pays dans un vide juridique.
« Je demande à toute la Nation d’œuvrer de toute sa force, de son Corps, de son Ame et de son Esprit pour la Paix, la Sécurité de tous en ce moment sensible de notre histoire au pays de BEHANZIN, KABA, BIO GUERRA etc… », a lancé Boni Yayi.

Lire aussi : Houdé : le président du FRD accusé d’avoir modifié le DUO des Démocrates la nuit

A cela, il faut arrimer le timing et le contexte pour en conclure que cet appel vient un peu tard.

Certes on pouvait espérer que cet appel ait d’écho favorable, mais le hiatus est que dans l’autre camp, on estime qu’hier, l’appel au dialogue lancé par l’opposition, actuelle mouvance a été balayé du revers de main par le taureau de Tchaourou.
Ce qui suppose que « le plus fort » d’hier, est en train de crier à la victimisation dès lors que le curseur a changé de main. Le vrai dindon de la farce, c’est absolument le peuple.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook